La bourse ferme dans 5 h 25 min
  • CAC 40

    5 601,87
    -9,82 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 590,81
    -8,74 (-0,24 %)
     
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,2070
    -0,0015 (-0,12 %)
     
  • Gold future

    1 832,70
    +2,80 (+0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    29 986,16
    +102,65 (+0,34 %)
     
  • CMC Crypto 200

    699,56
    -35,58 (-4,84 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,34
    -0,02 (-0,04 %)
     
  • DAX

    13 793,98
    +6,25 (+0,05 %)
     
  • FTSE 100

    6 730,28
    -5,43 (-0,08 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    28 242,21
    -276,97 (-0,97 %)
     
  • HANG SENG

    28 862,77
    +288,91 (+1,01 %)
     
  • GBP/USD

    1,3536
    -0,0047 (-0,35 %)
     

Le patron de Twitter défend le bannissement de Donald Trump du réseau, mais estime qu'il crée un précédent "dangereux"

franceinfo avec AFP
·1 min de lecture

"Je ne ressens aucune fierté à l'idée d'avoir dû bannir @realDonaldTrump." Dans une série de messages publiés dans la nuit du mercredi 13 au jeudi 14 janvier, le fondateur et patron de Twitter, Jack Dorsey, estime que la décision de bannir Donald Trump de la plateforme pour avoir encouragé les violences du Capitole était "la bonne". Il juge toutefois que ce choix constitue un "échec" et "établit un précédent" qui lui semble "dangereux" par rapport au pouvoir détenu par les grandes entreprises.

C'est un "échec de notre part à promouvoir une conversation saine" et ce genre de mesures "nous divise. Elles limitent les possibilités d'expliquer, de se racheter, d'apprendre", a-t-il continué.

Twitter était le principal outil de communication du milliardaire républicain, qui s'en servait au quotidien pour s'adresser directement à ses 88 millions d'abonnés. Il a aussi été suspendu de Facebook, Snapchat, Twitch et, depuis mardi, de YouTube pour une (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi