La bourse est fermée

Le patron de Shell touche le pactole

Ben van Beurden a gagné 20,138 millions d’euros en 2018, soit deux fois plus qu’en 2017. Un montant justifié par la compagnie pétrolière.

2018 aura été une année rentable pour Ben van Beurden. Selon les chiffres publiés par Shell dans son rapport annuel, son PDG a gagné 20,138 millions d’euros l’année dernière, voyant sa rémunération doubler comparément à 2017, selon 20 Minutes.

Le salaire de l’homme d’affaires néerlandais (1,5 million d’euros par an) n’a pas beaucoup évolué. Même chose pour le montant provisionné de sa pension (369.000 euros). La différence se fait sur le montant de sa rémunération variable, qui a été revu à la hausse et qui s’élevait pour 2018 à 18,2 millions d’euros, avec davantage d’actions Shell reçues.

Le Guardian précise qu’il aurait également perçu un bonus annuel de 3 millions d’euros (compris dans le calcul de cette rémunération). Selon le journal britannique, les revenus de Ben van Beurden pour 2018 représentent 143 fois la paye médiane des employés de Shell au Royaume-Uni.

⋙ Lire aussi Shell investit dans l'énergie solaire en Asie

23,4 milliards d’euros de bénéfices en 2018

De quoi s’attirer des critiques, que l’entreprise pétrolière a tenté d’anticiper en se disant "sensible aux discussions dans la société en général à propos du niveau de rémunération des dirigeants et a passé un temps important à discuter en son sein du haut niveau de la rémunération du directeur général en 2018". Shell a souligné le rôle de Ben van Beurden, nommé PDG en 2013, dans la stratégie du groupe, qui a dégagé 23,4 milliards de bénéfice en 2018.

Luke Hildyard, directeur du High Pay Center qui milite contre les rémunérations excessives des dirigeants, s’est toutefois insurgé contre ce montant. "Il est ridicule de penser que le PDG de Shell n’aurait pas travaillé aussi dur ou efficacement sans ces paiements généreux", assène-t-il dans les colonnes du Guardian. Il dénonce "un modèle de gouvernance imparfait" et "une culture d'entreprise déformée", "qui ont fait du Royaume-Uni l'un des pays les plus inégalitaires d'Europe occidentale" selon lui. "Nous pensons que les comités de rémunération ne sont pas assez

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le patron de Vodafone demande aux USA des preuves sur Huawei
Le patron de HBO Richard Plepler va démissionner
Le bénéfice 2018 de Rio Tinto supérieur aux attentes
Le patron de Volkswagen reprend un slogan nazi pour évoquer ses résultats
Le patron de Safran dit ne pas pouvoir ouvrir deux usines en France