Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 647,10
    -65,11 (-0,17 %)
     
  • Nasdaq

    17 667,56
    +59,12 (+0,34 %)
     
  • Nikkei 225

    38 720,47
    -156,24 (-0,40 %)
     
  • EUR/USD

    1,0746
    -0,0069 (-0,6339 %)
     
  • HANG SENG

    18 112,63
    +174,79 (+0,97 %)
     
  • BTC-EUR

    61 999,52
    -1 033,64 (-1,64 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 418,02
    +5,07 (+0,36 %)
     
  • S&P 500

    5 433,74
    +12,71 (+0,23 %)
     

Le patron de Renault est contre la fin des petites voitures

Renault

Si vous êtes un fidèle lecteur de nos colonnes, vous savez sans doute que l'Union Européenne ne cesse d'imposer aux constructeurs des règles toujours plus strictes. A tel point qu'elle va même interdire la vente de voitures thermiques partout sur son territoire à partir de 2035. Ainsi, toutes les marques, ou presque, seront dans l'obligation de ne vendre que des modèles électriques. Et cela pose quelques soucis, provoquant notamment la disparition des petites autos qui ne sont plus assez rentables pour les marques qui doivent dépenser beaucoup pour les électrifier. C'est ainsi que la plupart d'entre eux décident à contre-coeur de s'en passer.

Un coup de gueule

Ce n'est pas le cas de Renault, qui tient absolument à conserver ces voitures dans sa gamme et qui tient évidemment à le faire savoir. Son patron, Luca de Meo ne mâche pas ses mots et pousse un petit coup de gueule contre l'Union Européenne. Interrogé par nos confrères de BFM TV, ce dernier explique en effet qu'"en Europe, on a aussi besoin de revenir à des petites voitures : une petite voiture électrique a moins d'impact qu'une berline de cinq mètres, c'est évident. Mais la réglementation ne permet pas de faire du business et, moi, ma priorité, c'est le business". Voilà qui a le mérite d'être très clair.