La bourse est fermée

Ce patron est prêt à livrer 15 millions de masques par mois... mais l’administration bloque

Depuis quelques jours, Laurent Chatin a le masque. Plutôt que mettre son personnel au chômage partiel, comme l’ont fait tant d’autres chefs d’entreprise, le patron de Damiron, une société spécialisée dans la papeterie médicale, a voulu se rendre utile. «J’avais des machines, un savoir faire, il me semblait naturel d’en faire profiter le pays», soupire-t-il. Avec ses huit salariés, il a donc travaillé d’arrache-pied pendant quinze jours pour concevoir un masque de protection anti coronavirus qui réponde aux normes de l’Afnor. Et, disons-le, il est plutôt satisfait du résultat. Son produit, livrable en kit (le masque proprement dit et son attache, extrêmement facile à fixer) se présente comme un cône en papier de fort grammage, jetable et recyclable, (le virus ne survit que trois heures sur du papier, contre deux jours sur du tissu) parfaitement adaptable aux différentes formes des visages et suffisamment épais pour intercepter la plupart des postillons. Conscient des immenses besoins du pays, Laurent Chatin a adapté son appareil de production afin de pouvoir en livrer près de 15 millions par mois, au prix de 50 centimes pièce.

Encore faudrait-il pour cela que les pouvoirs publics lui donnent leur feu vert ! Pour essayer de l’obtenir, notre homme a couru la semaine dernière apporter six prototypes à la Direction Générale de l’Armement (DGA). Bizarrement, c’est en effet cette administration qui a été chargée de tester l’efficacité des nouveaux modèles de masques médicaux. Problème : ses fonctionnaires sont presque aussi débordés que les infirmières des services de réanimation. Dès le lendemain, ils lui font donc parvenir un mail l’informant qu’ils ne testeront pas ses modèles parce qu’ils sont en papier, ce qui ne correspond pas à la logique du projet. «Je les ai rappelés tout de suite et devant mon insistance, ils ont fini par accepter de prendre ma demande en compte».

>> A lire aussi : la Poste accusée par un syndicat d’avoir caché des millions de masques

Deux jours plus

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Bénéficiez d’un arrêt maladie si vous vivez avec une personne vulnérable, mauvaise nouvelle pour le rendement de votre assurance vie… Le flash éco du jour
Uber distribue des millions de masques à ses chauffeurs
Vrai succès pour le tuto de fabrication de masques maison de l’Afnor
Ils arrivent à Marseille en jet privé pour rejoindre Cannes… et se font refouler
Marseille : la pollution est toujours importante dans le port