La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 727,52
    +42,31 (+0,63 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 182,91
    +33,85 (+0,82 %)
     
  • Dow Jones

    35 294,76
    +382,20 (+1,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,1606
    +0,0005 (+0,05 %)
     
  • Gold future

    1 768,10
    -29,80 (-1,66 %)
     
  • BTC-EUR

    53 427,57
    +1 530,45 (+2,95 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 464,06
    +57,32 (+4,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,66
    +1,35 (+1,66 %)
     
  • DAX

    15 587,36
    +124,64 (+0,81 %)
     
  • FTSE 100

    7 234,03
    +26,32 (+0,37 %)
     
  • Nasdaq

    14 897,34
    +73,91 (+0,50 %)
     
  • S&P 500

    4 471,37
    +33,11 (+0,75 %)
     
  • Nikkei 225

    29 068,63
    +517,70 (+1,81 %)
     
  • HANG SENG

    25 330,96
    +368,37 (+1,48 %)
     
  • GBP/USD

    1,3751
    +0,0074 (+0,54 %)
     

Patrick Pouyanné: "On ne peut pas développer les renouvelables contre les gens"

·2 min de lecture

INTERVIEW - Le PDG de TotalEnergies revient sur la crise énergétique et sur le changement de cap du pétrolier. Tirant les conséquences du dérèglement climatique, le géant veut devenir un groupe multi-énergies. Eolien, photovoltaïque... Il investit 3 milliards d’euros par dans les énergies vertes. "Nous serons dans le Top-5 mondial des renouvelables en 2030", avance Patrick Pouyanné.

Challenges - Quel regard portez-vous sur ?

Patrick Pouyanné - Cette flambée est liée à la conjoncture exceptionnelle de reprise post-Covid avec la hausse des matières premières, à l’interconnexion des systèmes énergétiques et à la globalisation. Le système mondial n’est pas outillé pour . Les prix du gaz ont été tirés par la forte demande des marchés asiatiques. Les importations chinoises de gaz naturel liquéfié ont augmenté de 35% au premier semestre par rapport au premier semestre de 2020 et l’Asie a tiré vers elle tout le gaz naturel liquéfié américain en le payant plus cher que l’Europe. La classe moyenne chinoise aspire à un meilleur niveau de vie et, notamment, bénéficier de la climatisation en ville. Dans l’industrie, la demande explose car les entreprises substituent le charbon au gaz qui, au passage, émet deux fois moins de CO2. Et en Europe, la taxe CO2 est passée en moins d’un an de 20 à 65 euros. Tous ces phénomènes ont créé une réaction en chaîne et une hausse des prix de l’énergie.

Il y a aussi eu les aléas conjoncturels.

En février dernier, . Les exportations de gaz ont alors chuté. Dans le même temps, la production diminue en Europe. Le gisement gazier de Groningue aux Pays-Bas doit s’arrêter l’an prochain. Parallèlement, crée une certaine instabilité des systèmes électriques. Ces énergies dépendent de la météo, un phénomène qu’on ne contrôle pas. Ces derniers mois, faute de vent, les éoliennes ont peu tourné en Europe. Egalement, il n’a pas beaucoup plu en Chine et au Brésil. Les barrages ont donc tourné au ralenti. Les renouvelables c’est formidable. Mais il est nécessaire de disposer en back-up de systèmes énergétiques pilotables comme les centrales à gaz.

Les projets renouvelables se multiplient partout dans le monde. Et avec les récentes directives climatiques de Bruxelles, ils vont encore se développer. Craignez-vous une bulle?

Elle est déjà là. Le monde financier a pour objectif de décarboner son portefeuille, mais aujourd’hui il y a peu d’[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles