La bourse ferme dans 2 h 58 min
  • CAC 40

    6 307,20
    +20,13 (+0,32 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,60
    -0,39 (-0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,67 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,2041
    +0,0061 (+0,51 %)
     
  • Gold future

    1 777,30
    -2,90 (-0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    47 458,43
    +1 697,77 (+3,71 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 298,56
    -93,15 (-6,69 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,07
    -0,06 (-0,10 %)
     
  • DAX

    15 438,53
    -21,22 (-0,14 %)
     
  • FTSE 100

    7 010,06
    -9,47 (-0,13 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,54 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 685,37
    +2,00 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    29 106,15
    +136,44 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3932
    +0,0092 (+0,67 %)
     

"Patrick Dupond avait un don, il nous éclairait", se souvient Brigitte Lefèvre, ancienne directrice de la danse à l'Opéra de Paris

Carine Azzopardi
·1 min de lecture

L'ancienne danseuse et directrice de la danse à l'Opéra de Paris pendant dix-neuf ans, qui a très bien connu Patrick Dupond, a livré à Franceinfo Culture ses souvenirs, vendredi 5 mars, après avoir appris la mort de cette légende du ballet. Non sans émotion, elle explique comment il a éclairé son art, grâce à sa technique et son charisme.

Franceinfo Culture : Vous avez vu éclore Patrick Dupond ?

Brigitte Lefèvre : J'avais quelques années de plus que lui à l'école de danse de l'Opéra de Paris. Mais je me souviens très bien de lui lorsqu'il était petit garçon. Il sortait déjà du lot. Il avait cette force et ce désir de danse, de mieux danser, de mieux tourner, de mieux sauter, et en même temps de jouer, qui ne l'ont jamais quitté. Cela se voyait déjà qu'il avait une personnalité hors norme. Il avait un appétit de vivre incroyable, peut-être trop !

Il faisait partie de ces personnes qui en veulent toujours plus.

Brigitte Lefèvre

à franceinfo Culture

Il avait une telle façon d'embarquer le public lorsqu'il dansait ! C'était quasiment unique. Il y a de magnifiques danseurs à l'Opéra de Paris, mais lui, c'était une star. Il aurait rêvé d'Hollywood, il voulait toujours plus. Parfois il se brûlait, mais en même temps qu'il brûlait, il nous éclairait. Il avait un don. La danse, ce n'est pas démocratique. Il y a des dons, il y a des critères... Il avait tout cela, et puis il avait aussi cette chose qu'ont tous les danseurs, que nous avons tous : c'est la danse qui nous permet de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi