La bourse ferme dans 8 h 15 min
  • CAC 40

    6 684,46
    +19,26 (+0,29 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 946,60
    +11,09 (+0,28 %)
     
  • Dow Jones

    33 849,46
    -497,57 (-1,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0361
    +0,0016 (+0,16 %)
     
  • Gold future

    1 753,40
    +13,10 (+0,75 %)
     
  • BTC-EUR

    15 885,43
    +114,05 (+0,72 %)
     
  • CMC Crypto 200

    388,21
    +7,92 (+2,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,56
    +1,32 (+1,71 %)
     
  • DAX

    14 410,56
    +27,20 (+0,19 %)
     
  • FTSE 100

    7 499,28
    +25,26 (+0,34 %)
     
  • Nasdaq

    11 049,50
    -176,86 (-1,58 %)
     
  • S&P 500

    3 963,94
    -62,18 (-1,54 %)
     
  • Nikkei 225

    28 027,84
    -134,99 (-0,48 %)
     
  • HANG SENG

    18 187,74
    +889,80 (+5,14 %)
     
  • GBP/USD

    1,2025
    +0,0060 (+0,50 %)
     

Pour Patrick Artus, investir dans la transition énergétique peut devenir une opportunité

TRIBUNE - L'Etat devra augmenter les impôts pour financer le coût de la transition. Mais en poussant le nucléaire et les renouvelables, la France rend aussi possible son indépendance énergétique.

La France ne fait pas la moitié de la réduction d'émissions de gaz à effet de serre (GES) nécessaire pour respecter l'objectif qu'elle s'est fixée dans l'Accord de Paris. Alors qu'elle a promis de baisser de 55% ses émissions d'ici à 2030 par rapport au niveau de 1990 et d'arriver à zéro émission en 2050, elle n'est parvenue qu'à un recul de 23% fin 2021, ce qui est très insuffisant.

Pour revenir dans les clous, on doit mettre le paquet: l'ensemble des acteurs économiques nationaux investissent environ 2 points de PIB par an dans la transition énergétique, il faudrait que ce soit plutôt 4 points, soit passer de 50 à 100 milliards d'euros par an pendant vingt ans. Ces investissements se répartissent pour un tiers pour verdir la production d'énergie, pour un tiers pour décarboner l'industrie et pour un tiers pour rénover les bâtiments et logements. Le défi est que détruire du capital carboné (centrales à charbon, voitures à essence) qui fonctionne très bien pour le remplacer par du capital décarboné neuf (éoliennes, véhicules électriques) coûte cher sans perspective de croissance supplémentaire. Il s'agit d'investir 2 points de plus pour un PIB inchangé.

Baisser la rentabilité et consommer moins

Les entreprises vont devoir s'endetter et vont voir baisser leur rentabilité, les ménages devront mettre aussi la main à la poche et consommer moins. En dernier ressort, le poids, pour accompagner les entreprises et ménages les plus fragiles, va reposer sur l'Etat, qui va financer plus de la moitié de ces surinvestissements.

Comment? S'endetter beaucoup plus devient difficilement tenable avec une dette publique de 113% du PIB et des taux d'intérêt qui remontent. L'idée de relever la taxe carbone sur les gros pollueurs est un piège, qui pousserait à des délocalisations en masse; et la taxe carbone aux frontières de l'Union ne peut marcher que si elle vise toutes les importations, alors que tant qu'elle ne concerne quelques produits de base, elle est aisément contournée. L'Etat[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi