La bourse est fermée

Patrick Artus : "Il est injuste et malsain que les salariés soient aussi peu payés"

Capital : Dans votre nouvel ouvrage, vous vous intéressez au choix de l’austérité salariale, fait par de nombreux pays développés depuis plusieurs décennies. La France est-elle également concernée par cette tendance ?

Patrick Artus : La France est un cas un peu à part : l’austérité salariale ne s’y manifeste pas de la même façon que dans les autres pays de l’OCDE. Au Royaume-Uni et aux Etats-Unis (avec l’arrivée de Margaret Thatcher et de Ronald Reagan au pouvoir dans les années 1980), au Japon (après la grande crise bancaire des années 1990), en Allemagne (depuis les réformes Schröder lancées en 2003), la part des salaires dans le produit intérieur brut (PIB) a diminué, c’est-à-dire qu’ils ont augmenté moins vite que la productivité. Il n’y a pas eu de baisse des rémunérations dans l’absolu, mais celles-ci sont moins élevées que ce qu’elles devraient être.

En France, nous n’avons pas connu une telle baisse, car nous n’avons pas mené les mêmes politiques durant ces décennies. Dans les années 1980, pendant que Margaret Thatcher et Ronald Reagan dérégulaient le marché du travail, François Mitterrand augmentait massivement le Smic ! – entre parenthèses, cela nous a d’ailleurs posé des problèmes de compétitivité par rapport à nos voisins. Néanmoins, l’impression d’austérité salariale que peuvent avoir les Français, et qui s’est notamment exprimée lors du mouvement des Gilets jaunes, n’est pas totalement infondée.

La hausse des salaires a en effet été assez limitée dans l’Hexagone, mais ce n’est pas à cause d’un problème de partage des revenus : c’est juste que, chez nous, l’augmentation de la productivité a été très mesurée. Du coup, si l’on tient compte de la hausse des prix du logement et de l’énergie, les gains de pouvoir d’achat ont donc été effectivement très faibles. C’est d’autant plus vrai pour les salariés payés au Smic, qui n’ont pas bénéficié de coups de pouce de la part des derniers gouvernements. Nous sommes donc petit à petit en train de rejoindre les autres

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Une grand-mère écope d’une amende pour avoir partagé des photos de sa famille
Chloroquine : Didier Raoult dénonce une "étude foireuse"
Face au Monsieur Cuisine Connect de Lidl, Carrefour casse les prix avec son Fagor Connect
Sécurité sociale : devra-t-on payer un impôt pour la dépendance ?
Chômage partiel : on sait enfin à combien l’Etat l’indemnisera à partir de juin