La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 068,59
    -125,57 (-1,75 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 229,56
    -70,05 (-1,63 %)
     
  • Dow Jones

    34 265,37
    -450,02 (-1,30 %)
     
  • EUR/USD

    1,1355
    +0,0037 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 836,10
    -6,50 (-0,35 %)
     
  • BTC-EUR

    32 031,68
    -4 428,43 (-12,15 %)
     
  • CMC Crypto 200

    870,86
    +628,18 (+258,85 %)
     
  • Pétrole WTI

    86,29
    -0,61 (-0,70 %)
     
  • DAX

    15 603,88
    -308,45 (-1,94 %)
     
  • FTSE 100

    7 494,13
    -90,88 (-1,20 %)
     
  • Nasdaq

    13 768,92
    -385,10 (-2,72 %)
     
  • S&P 500

    4 397,94
    -84,79 (-1,89 %)
     
  • Nikkei 225

    27 522,26
    -250,67 (-0,90 %)
     
  • HANG SENG

    24 965,55
    +13,20 (+0,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,3546
    -0,0055 (-0,40 %)
     

Ces patients qui parviennent à contrôler naturellement le VIH

·1 min de lecture

Des recherches récentes mettent en évidence que certains patients peuvent contrôler, voire éliminer, le virus responsable du Sida sans traitement. Un exploit que les chercheurs tentent de reproduire chez tous les patients.

Les personnes séropositives au VIH pourront-elles se passer bientôt du traitement antirétroviral ? Selon , environ 6.200 personnes sont identifiées comme séropositives tous les ans en France. La grande majorité d’entre eux nécessiteront un traitement antirétroviral pour contrôler le virus et éviter le développement du Sida (qui touche environ 1.200 personnes chaque année dans le pays). Mais une petite proportion parvient à contrôler le virus même sans ce traitement. Des cas rares qui intriguent les experts, éveillant en eux l’espoir de comprendre ce mécanisme de neutralisation naturelle du virus et ainsi le reproduire chez les autres patients.

Plusieurs voies pour attaquer le VIH

Selon Tae-Wook Chun, directeur d’Immunovirologie du VIH à l’Institut américain des Allergies et maladies infectieuses, seuls 10 à 15 % des patients qui ont été traités avec des antirétroviraux moins de six mois après l’infection développent une réponse immunitaire suffisante pour contrôler le virus en se passant de leur traitement. Pour élucider le mécanisme par lequel ces patients neutralisent le VIH, l’équipe de Dr Chun a suivi pendant cinq ans deux de ces patients, grâce auxquels ils mettent en évidence que le virus peut être contrôlé de diverses façons, dans un article publié dans . “C’était très intéressant parce que ces deux patients montraient des scénarios très différents, révèle-t-il à Sciences et Avenir. Le premier avait un niveau élevé de lymphocytes T CD8 contre le virus, mais très peu d’anticorps neutralisants. Il ne contrôlait pas entièrement le VIH donc celui-ci a continué à évoluer, entraînant des épisodes sporadiques de réapparition du virus. Alors que c’était l’inverse avec le deuxième : il montrait un niveau très élevé d’anticorps neutralisants qui sont parvenus à contrôler efficacement le virus pendant des années, alors que son niveau de lymphocytes T CD8 n’était pas particulièrement haut. C’est très étonnant, car normalement il faut plusieurs années pour que quelqu’un d[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles