La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0797
    -0,0114 (-1,05 %)
     
  • Gold future

    1 877,70
    -53,10 (-2,75 %)
     
  • BTC-EUR

    21 631,60
    -281,29 (-1,28 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

Passoires énergétiques : en Île-de-France, les propriétaires se pressent pour vendre

Kevin Comte

C’est dans un mois exactement que la nouvelle réglementation entrera en vigueur : le 1er janvier 2023, les biens consommant plus de 450 kWh/m2 seront interdits à la location, comme le veut la nouvelle loi Climat. Selon les chiffres du site d’annonces immobilières Bien’Ici, révélés par Le Parisien, l’approche de l’échéance entraîne une importante mise sur le marché des logements concernés en Île-de-France. Ces logements sont classés G+ et souvent appelés "passoires énergétiques".

Selon l’Observatoire national de la rénovation énergétique, dont les chiffres sont relayés par Le Parisien, les logements classés G+ sont au nombre de 142 000, ce qui représente 1,8% du parc locatif. Les logements classés G seront eux interdits à la location en 2025 et ceux classés F en 2028. Le nombre de ces logements sur le marché locatif est passé en un an de 42,2% à 18,3%, une évolution qui se traduit par de très nombreuses ventes.

Concernant les studios considérés comme "passoires énergétiques", 73% des biens sur le marché seraient à la vente. Les chiffres relayés par Le Parisien montrent une montée en flèche des ventes de "passoires énergétiques" en un an.

Cette forte augmentation des ventes pourrait s’expliquer par le souhait des propriétaires de ne pas engager eux-mêmes des travaux de rénovation énergétique qui leur reviendraient trop chers. Une notaire parisienne, citée par Le Parisien, donne l’exemple d’une cliente "qui n’avait pas le budget pour financer une rénovation et ne voulait pas s’imposer (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Charges, loyers, travaux : à quel point les finances des bailleurs vont souffrir en 2023
Location : les villes où les appartements trouvent preneur rapidement
Crédit immobilier : les taux poursuivent leur irrésistible ascension
De combien le prix de votre bien chute-t-il avec un mauvais DPE ?
Des logements à moitié prix seront vendus à Paris en 2023 grâce au bail réel solidaire