Publicité
La bourse ferme dans 3 h 57 min
  • CAC 40

    8 090,89
    -41,60 (-0,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 052,41
    -6,79 (-0,13 %)
     
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,29 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0889
    +0,0028 (+0,26 %)
     
  • Gold future

    2 345,30
    +10,80 (+0,46 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 878,76
    +0,17 (+0,00 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 490,60
    -5,85 (-0,39 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,86
    +1,14 (+1,47 %)
     
  • DAX

    18 783,25
    +8,54 (+0,05 %)
     
  • FTSE 100

    8 293,45
    -24,14 (-0,29 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,79 (+1,10 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    38 855,37
    -44,65 (-0,11 %)
     
  • HANG SENG

    18 821,16
    -6,19 (-0,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2784
    +0,0013 (+0,10 %)
     

Ce passionné construit une Formule 1 dans son garage

instagram/@davywatrin

Davy Watrin, un habitant de la Meuse, est passionné de courses automobiles depuis sa plus tendre enfance. À tel point qu'il s'est lancé un défi un peu fou : construire sa propre Formule 1. À vrai dire, il avait déjà acquis de l'expérience dans le domaine. En 2020, il avait créé une réplique de la McLaren MP4/4 d'Ayrton Senna, un pilote dont il est fan.

Début mai, les journalistes de France 3 Grand Est sont partis à sa rencontre. Peintre aéronautique de profession, il a consacré ses soirées à la construction de sa voiture de course. Pour plus de confort, il s'est adonné à son projet dans son salon, "tranquille devant la télé". Il en est ressorti un bolide de 250 chevaux, fin prêt pour participer à quelques courses.

https://www.youtube.com/watch?v=HK794BGL1MA

Un projet mûrement réfléchi

La passion de Davy Watrin pour les courses de F1 remonte à très loin. Lorsqu'il était plus jeune, il était surtout fasciné par le légendaire pilote brésilien Ayrton Senna. "Depuis tout petit, c'est mon idole. J'ai souvenir des bagarres entre Ayrton Senna et Alain Prost. À ce moment-là, c'était vraiment de la compétition à l'état pur. Il y avait de la bataille", a-t-il expliqué aux journalistes de France 3.

Il a d'abord envisagé de se lancer, lui aussi, dans la course automobile. "Je voulais faire une école de pilotage, mais forcément, c'était un gros budget. Mes parents étaient des ouvriers donc ce n'était pas possible", indique-t-il. Pour autant, sa passion pour les voitures de course est restée. Après...Lire la suite sur Autoplus