La bourse ferme dans 7 h 43 min
  • CAC 40

    7 094,99
    +29,60 (+0,42 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 278,18
    +1,98 (+0,05 %)
     
  • Dow Jones

    35 719,43
    +492,40 (+1,40 %)
     
  • EUR/USD

    1,1285
    +0,0013 (+0,11 %)
     
  • Gold future

    1 787,40
    +2,70 (+0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    44 646,37
    -1 126,65 (-2,46 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 308,87
    -12,41 (-0,94 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,75
    -0,30 (-0,42 %)
     
  • DAX

    15 806,71
    -7,23 (-0,05 %)
     
  • FTSE 100

    7 373,05
    +33,15 (+0,45 %)
     
  • Nasdaq

    15 686,92
    +461,76 (+3,03 %)
     
  • S&P 500

    4 686,75
    +95,08 (+2,07 %)
     
  • Nikkei 225

    28 860,62
    +405,02 (+1,42 %)
     
  • HANG SENG

    23 996,87
    +13,21 (+0,06 %)
     
  • GBP/USD

    1,3240
    -0,0002 (-0,01 %)
     

« Mon passeur était d’Érythrée et il travaillait avec des Libyens »

·1 min de lecture
Agadez, Niger, des passagers se préparent à la traversée du Sahara pour la Libye.
Agadez, Niger, des passagers se préparent à la traversée du Sahara pour la Libye.

Juin 2020, Médenine, Sud de la Tunisie. Nurah*, 23 ans, vit dans un foyer pour demandeurs d?asile. Elle a fui l?Érythrée en 2016 et a traversé la Libye avant de se réfugier en Tunisie. Elle porte un jeune enfant sur ses genoux. Son parcours ressemble à celui de dizaines de milliers de personnes qui sont tombées entre les mains de trafiquants d?êtres humains en Libye. Aujourd?hui, Le Point Afrique décide de le diffuser pour rendre compte des atrocités subies par les victimes de ces réseaux. Le 19 octobre, les Pays-Bas ont inscrit l?un de ces trafiquants sur leur liste des personnes les plus recherchées.

Le Point Afrique : Pourquoi avez-vous décidé de quitter l?Érythrée ?

Nurah : Il n?y a pas de liberté en Érythrée. Je ne pouvais pas subvenir à mes besoins et à ceux de ma famille. Et puis j?étais forcée de rejoindre le service militaire. (En Érythrée, le service militaire est à durée indéterminée, NDLR.) J?avais 19 ans. J?ai donc décidé de traverser la frontière, à pied. J?étais avec mon petit-ami, Ali*. Cela nous a pris neuf jours. Nous avons suivi des hommes que je ne connaissais pas et qui nous montraient le chemin. C?est 70 000 nakfas érythréens (4 000 euros, NDLR). Nous marchions la nuit, nous nous reposions le jour. C?était difficile. Nous avions soif, nous avions faim. Les chaussures que nous portions n?étaient pas assez solides pour nous protéger des pierres et des chemins dans les bois que nous avons traversés.

Où êtes-vous arrivés ?

À Khashm el-Girba [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles