La bourse est fermée
  • Dow Jones

    35 116,40
    +278,24 (+0,80 %)
     
  • Nasdaq

    14 761,29
    +80,23 (+0,55 %)
     
  • Nikkei 225

    27 641,83
    -139,19 (-0,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,1868
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • HANG SENG

    26 194,82
    -40,98 (-0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    32 193,11
    -849,36 (-2,57 %)
     
  • CMC Crypto 200

    931,43
    -12,01 (-1,27 %)
     
  • S&P 500

    4 423,15
    +35,99 (+0,82 %)
     

Passe sanitaire: le gouvernement persiste et signe

·2 min de lecture

La mise en oeuvre du passe sanitaire pour accéder aux cafés, restaurants, lieux culturels et de loisirs, bus et trains longue distance a suscité des manifestations de 110000 opposants samedi 17 juillet. Mais le gouvernement, soutenu publiquement par 300 élus locaux, est décidé à l'imposer début août, même s'il a consenti quelques aménagements.

Si pour faire face au variant Delta causant une recrudescence des contaminations au Covid-19 ont provoqué une ruée vers les centres de vaccination avec plus de 3 millions de RDV pris depuis son allocution lundi 12 juillet, elles ont ausi suscité une fronde d'une frange de la population. Après de premières manifestations mercredi 14 juillet, 136 rassemblements ont eu lieu samedi 17 juillet à Paris, Lyon, Marseille, Lille, Toulouse, Montpellier, Quimper, etc. de protestataires contre la vaccination obligatoire pour les soignants et l'extension du passe sanitaire début août, exigé pour aller dans les restaurants, cafés, lieux culturels et de loisirs, hôpitaux, maisons de retraite, trains et bus longue distance. A Paris, en tête du principal cortège, figuraient l’ancien numéro deux du Front national , le nationaliste , ainsi que le chanteur Francis Lalanne, et Jacline Mouraud, égérie des Gilets jaunes aux cris de "Liberté !", "Non à la dictature sanitaire !", "Macron démission !", "Wanted : République française – Démocratie, disparue le 12 juillet 2021 ", "Non au passe sanitaire, stop à la dictature". Par ailleurs, un centre de vaccination a été saccagé à Lans-en-Vercors, en Isère, dans la nuit de vendredi à samedi et un autre a été incendié à Urrugne, au Pays basque, dans la nuit de samedi à dimanche.

Manifestant à Paris, la députée du Bas-Rhin, Martine Wonner (ex-LREM exclue en mai 2020 pour avoir voté contre le plan de déconfinement), a suscité la polémique en conseillant aux manifestants: "Faites le siège des parlementaires, allez envahir leurs permanences pour dire que vous n’êtes pas d’accord." Le chef des députés LRM, Christophe Castaner, a réagi en demandant au président (LRM) de l’Assemblée nationale Richard Ferrand de saisir le procureur de la République de Paris, estimant qu'il "ne saurait être toléré qu’une représentante de la Nation, siégeant à nos côtés, puisse proférer de telles paroles, incitant à la haine et à la rébellion, y compris par des actes viol[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles