Publicité
La bourse ferme dans 2 h 8 min
  • CAC 40

    7 922,93
    -4,50 (-0,06 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 885,01
    +7,24 (+0,15 %)
     
  • Dow Jones

    38 996,39
    +47,37 (+0,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,0821
    +0,0014 (+0,13 %)
     
  • Gold future

    2 062,60
    +7,90 (+0,38 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 591,89
    -800,70 (-1,37 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,64
    +1,38 (+1,76 %)
     
  • DAX

    17 737,02
    +58,83 (+0,33 %)
     
  • FTSE 100

    7 664,37
    +34,35 (+0,45 %)
     
  • Nasdaq

    16 091,92
    +144,18 (+0,90 %)
     
  • S&P 500

    5 096,27
    +26,51 (+0,52 %)
     
  • Nikkei 225

    39 910,82
    +744,63 (+1,90 %)
     
  • HANG SENG

    16 589,44
    +78,00 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,2634
    +0,0008 (+0,07 %)
     

Urgences saturées : serez-vous facturé en cas de passage injustifié ?

HJBC/Adobe Stock

Les mois sont comptés. Pour tenir sa promesse de désengorger les urgences hospitalières d’ici la fin de l’année 2024, Emmanuel Macron a suggéré une solution intrigante. «Quand vous avez des gens qui, même avec des petits bobos, après deux ou trois fois, continuent d’aller directement aux urgences, eh bien, il faut les responsabiliser. C’est-à-dire qu’il y a un reste à charge. Parce que sinon, ça ne va pas», a-t-il lancé mardi 16 janvier, lors de sa conférence de presse donnée depuis la salle des fêtes de l’Elysée. Entend-il par là sanctionner, du paiement d’une taxe, les patients «qui ont recourt de manière indue aux urgences» ? Ou bien avec un prélèvement déduit par la Sécu des remboursements à l’image des franchises médicales sur les médicaments et les consultations ? Le chef de l’État n’est pas rentré dans les détails mais «c’est quelque chose qu’on est en train de regarder avec les hôpitaux», a-t-il répondu aux journalistes.

Cela dit, ces propos collent bien avec l’esprit de sa proposition de «taxe lapin» pour les rendez-vous non honorés, évoquée au printemps dernier. Gabriel Attal, alors ministre des Comptes publics, avait abondé dans le sens du Président dans les colonnes de Ouest-France : «Je souhaite que l’on puisse avoir un mécanisme qui permette de sanctionner les absences. Si vous ne vous présentez pas, le remboursement du rendez-vous suivant serait minoré d’une certaine somme qui pourrait être de 10 euros. 5 euros iront au professionnel de santé et 5 euros à l’Assurance (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Mutuelles : 5 conseils pour réduire le tarif de votre complémentaire santé
Assurance vie : jusqu’à 4,60% de rendement en 2023 chez BoursoBank (ex-Boursorama banque)
Assurance vie : les taux maximums proches de 4% en 2023 chez Crédit agricole et LCL
Prix de l’électricité : pourquoi l’option heures creuses reste très intéressante cet hiver ?
Santé : vos médicaments seront moins bien remboursés en 2024, confirme Emmanuel Macron