La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 751,32
    -63,07 (-0,18 %)
     
  • Nasdaq

    15 181,92
    +20,39 (+0,13 %)
     
  • Nikkei 225

    30 323,34
    -188,37 (-0,62 %)
     
  • EUR/USD

    1,1770
    -0,0056 (-0,47 %)
     
  • HANG SENG

    24 667,85
    -365,36 (-1,46 %)
     
  • BTC-EUR

    40 201,15
    -925,55 (-2,25 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 209,85
    -23,43 (-1,90 %)
     
  • S&P 500

    4 473,75
    -6,95 (-0,16 %)
     

Pass sanitaire : le Conseil d'Etat rejette le recours contre la jauge abaissée à 50

·1 min de lecture

Plusieurs organisations représentant des professionnels du spectacle et des loisirs réclamaient l'annulation du décret du 19 juillet qui impose un pass sanitaire anti-Covid dans certains lieux accueillant au moins 50 personnes, contre 1000 précédemment.

Le Conseil d'Etat saisi en référé a rejeté ce lundi les demandes d'annulation de l'extension du pass sanitaire aux lieux de culture et de loisir accueillant au moins 50 personnes, estimant que la reprise épidémique justifiait de telles mesures.

Risque de dégradation "encore plus préoccupant" en août

Le Conseil avait été saisi par plusieurs organisations représentant des professionnels du spectacle et des loisirs. Elles réclamaient l'annulation du décret du 19 juillet qui impose qu'un pass sanitaire anti-Covid (prouvant la vaccination complète, un test négatif récent ou l'immunisation) soit présenté dans des lieux comme les salles de spectacle, de jeux, de sport ou des musées, accueillant au moins 50 personnes, contre 1000 précédemment.

Le juge des référés du Conseil d'Etat a rejeté ces recours, a annoncé la plus haute juridiction administrative lundi. Il note que le Premier ministre a le pouvoir d'édicter des mesures applicables à l'ensemble du territoire en cas de circonstances exceptionnelles comme une épidémie, en particulier dans l'attente de l'adoption d'une nouvelle loi. "La reprise de l'épidémie liée à la diffusion du variant delta était de nature à justifier un élargissement de l'utilisation du pass sanitaire", indique le juge, soulignant une dégradation de la situation sanitaire en juillet et un risque de dégradation "encore plus préoccupante" en août.

Retrouvez cet article sur Europe1

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles