La bourse est fermée
  • Dow Jones

    31 743,22
    -911,37 (-2,79 %)
     
  • Nasdaq

    11 522,50
    -462,02 (-3,86 %)
     
  • Nikkei 225

    26 911,20
    +251,45 (+0,94 %)
     
  • EUR/USD

    1,0490
    -0,0065 (-0,62 %)
     
  • HANG SENG

    20 644,28
    +41,76 (+0,20 %)
     
  • BTC-EUR

    27 755,56
    -1 221,21 (-4,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    650,62
    -20,06 (-2,99 %)
     
  • S&P 500

    3 956,04
    -132,81 (-3,25 %)
     

Le parti macroniste Renaissance veut 340 députés aux législatives

Stanislas Guérini annonce qu'il "aura fait le job" si sa coalition parvient à maintenir les 340 sièges qui composent l'actuelle majorité présidentielle.

Stanislas Guerini, le patron de La République en marche qui va devenir Renaissance, a fixé pour les élections législatives "le bel objectif" de 340 députés pour une nouvelle majorité présidentielle "aussi large et solide" que celle du précédent quinquennat.

"La majorité parlementaire, à l'issue de ce quinquennat, c'est 340 députés quand on faisait la somme des différents groupes qui la composaient, je crois que c'est un bel objectif", a expliqué sur RTL le député de Paris.

"Si nous parvenons à maintenir une majorité aussi large et aussi solide que celle que nous avons eue dans le précédent quinquennat, alors je crois que nous aurons fait le job", a-t-il ajouté.

A l'Assemblée nationale qui compte 577 députés, il en faut 289 pour atteindre la majorité absolue.

Philippe, Ferrand et Bayrou créent "Ensemble"

Lors d'une conférence de presse jeudi, l'ancien Premier ministre Édouard Philippe (Horizons), le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand (LREM) et l'ancien ministre François Bayrou (MoDem) ont annoncé une confédération baptisée "Ensemble!" regroupant ces trois partis de la majorité présidentielle en vue des élections législatives des 12 et 19 juin.

Le délégué général de LREM a annoncé lors de cette même conférence de presse que le parti du président Emmanuel Macron change de nom et devient Renaissance.

"Il y a des gens qui veulent aujourd'hui rejoindre le président de la République parce qu'ils pensent que le projet qu'il porte pour le pays est le bon projet, mais ils ne sont pas tout le temps à l'aise à rejoindre soit La République en marche soit Horizons, soit le MoDem et ils veulent un espace qui soit plus ouvert encore, donc c'est ce parti politique-là que nous voulons créer, Renaissance", a expliqué vendredi Stanislas Guerini pour justifier cette "refondation".

Une alliance ouverte aux déçus du PS

Le délégué général a notamment tendu la main aux "sociaux-démocrates" déçus par un "Parti socialiste qui a abandonné tout simplement l'ambition d'être un p[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles