La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 910,66
    -67,42 (-0,20 %)
     
  • Nasdaq

    11 474,61
    -147,10 (-1,27 %)
     
  • Nikkei 225

    27 433,40
    +50,84 (+0,19 %)
     
  • EUR/USD

    1,0860
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • HANG SENG

    22 069,73
    -619,17 (-2,73 %)
     
  • BTC-EUR

    21 321,39
    -543,38 (-2,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    523,84
    -14,03 (-2,61 %)
     
  • S&P 500

    4 040,82
    -29,74 (-0,73 %)
     

Partage de la valeur: la majorité précise les grandes lignes et le tempo

STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

L’eurodéputé Pascal Canfin, missionné par le parti présidentiel pour travailler sur le partage de la valeur ajoutée a présenté ses conclusions ce lundi 28 novembre. Le parti a arrêté deux grands principes, le “dividende salarié” obligatoire et la “super participation”. Reste maintenant aux partenaires sociaux de s’accorder sur la mise en œuvre technique de ces mécanismes.

Sous pression, la majorité trace son sillon vers une réforme du partage de la valeur. Il y a un mois, le président du parti Renaissance Stéphane Séjourné avait mandaté l’eurodéputé Renew Europe Pascal Canfin sur le sujet des superdividendes et du partage des richesses. La mission visait à trouver une zone d'atterrissage entre une taxation des superdividendes prônée par le président du groupe Modem Jean-Paul Mattei et la simple injonction à augmenter les salaires dans les entreprises qui le peuvent.

Pascal Canfin a donc rendu ses conclusions au bureau exécutif de Renaissance ce lundi 28 novembre, en présence de Bruno Le Maire et d’Olivier Dussopt, respectivement ministres de l’Economie et du Travail. Et donné le "la" de la réflexion globale sur le partage de la valeur qui se poursuivra jusqu’en février 2023. Le bureau exécutif de Renaissance a acté deux grands principes autour desquels la réflexion s'articulera: le dividende salarié obligatoire et la super participation. Ces deux dispositifs devraient voir le jour en 2023.

Lire aussiDividende salarié, super participation : le partage de la valeur agite la majorité, Macron temporise

Dividende salarié obligatoire

Promesse de campagne d’Emmanuel Macron, le dividende salarié aurait un caractère obligatoire. “Si une entreprise va bien, elle verse des dividendes à ses actionnaires. Il y aura alors une redistribution de la valeur créée par l’entreprise avec un dividende salarié” , plaide Pascal Canfin en conférence de presse ce mardi. Celle-ci prendrait la forme de prime de participation ou d’intéressement obligatoire. Pour l’heure, la participation aux bénéfices n’est obligatoire que pour les groupes de plus de 50 salariés mais son mécanisme est jugé trop contraignant pour les dirigeants des petites entreprises. L’intéressement, autre forme de prime facultative, est elle, plus facile à mettre en place par les petites structures. Le dividende salarié va un cran plus loin: “Quand elle réalise des bénéfices, l’entreprise d[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi