Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 022,41
    -0,85 (-0,01 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 918,09
    -18,48 (-0,37 %)
     
  • Dow Jones

    37 986,40
    +211,02 (+0,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,0661
    +0,0015 (+0,14 %)
     
  • Gold future

    2 406,70
    +8,70 (+0,36 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 941,49
    +526,50 (+0,87 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 371,97
    +59,35 (+4,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,24
    +0,51 (+0,62 %)
     
  • DAX

    17 737,36
    -100,04 (-0,56 %)
     
  • FTSE 100

    7 895,85
    +18,80 (+0,24 %)
     
  • Nasdaq

    15 282,01
    -319,49 (-2,05 %)
     
  • S&P 500

    4 967,23
    -43,89 (-0,88 %)
     
  • Nikkei 225

    37 068,35
    -1 011,35 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    16 224,14
    -161,73 (-0,99 %)
     
  • GBP/USD

    1,2370
    -0,0068 (-0,55 %)
     

Partage de la valeur : les mesures phares de l'accord, signé par la majorité des syndicats

Rawpixel.com/Adobe Stock

C'est quasiment officiel. Quatre des cinq organisations syndicales ont validé l'accord proposé par le patronat sur le partage de la valeur. Ce lundi 27 février, la CFE-CGC a annoncé dans un communiqué avoir décidé de signer le texte, qui a déjà été ratifié par la CFDT, la CFTC et Force ouvrière. Il ne manque plus que l'avis de la CGT, qui devrait le refuser. Néanmoins, l'accord ayant été signé par des syndicats dont le poids représente près de 75%, il est d'ores et déjà considéré comme validé.

"Nous sommes en ce moment en désaccord sur la réforme des retraites, mais sur ce sujet essentiel du partage de la valeur, où les positions initiales étaient diamétralement opposées, nous démontrons que nous savons discuter", a indiqué Geoffroy Roux de Bézieux, le patron du Medef, dans un entretien au Figaro, le 12 février. "C’est d’abord un signal fort de maturité envoyé par les partenaires sociaux", a-t-il ajouté.

Après plusieurs mois de négociations compliquées, le Medef, la CPME et U2P côté patronal et les syndicats CGT, CFDT, FO, CFE-CGC et CFTC ont présenté un texte pour "rendre plus accessibles" les dispositifs existants et "poursuivre la simplification des dispositifs d'intéressement, de participation et d'actionnariat salarié et renforcer leur attractivité". Il vise notamment à largement généraliser des dispositifs tel que l'intéressement, la participation et les primes de partage de la valeur à toutes les entreprises de plus de 11 employés.

Le nouveau texte prévoit plus exactement (...)

PUBLICITÉ

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Papillomavirus : une campagne de vaccination gratuite "généralisée" lancée dans les collèges
Covid-19 : voici les publics encore éligibles au remboursement à 100% des tests
Isère : pourquoi le nouveau radar sème la pagaille ?
La taxe carbone, une chance pour l'Europe
Démission de Noël le Graët : a-t-il été un bon gestionnaire des finances de la FFF ?