La bourse ferme dans 7 h
  • CAC 40

    7 134,28
    -31,99 (-0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 220,96
    -20,16 (-0,48 %)
     
  • Dow Jones

    34 053,94
    -39,02 (-0,11 %)
     
  • EUR/USD

    1,0916
    +0,0005 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 929,40
    -1,40 (-0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    21 481,07
    -466,87 (-2,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    534,97
    -10,34 (-1,90 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,08
    +0,20 (+0,26 %)
     
  • DAX

    15 400,08
    -109,11 (-0,70 %)
     
  • FTSE 100

    7 834,67
    +14,51 (+0,19 %)
     
  • Nasdaq

    12 200,82
    +384,50 (+3,25 %)
     
  • S&P 500

    4 179,76
    +60,55 (+1,47 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2217
    -0,0012 (-0,10 %)
     

La part des passoires thermiques sur le marché reste stable en 2022

DR

Malgré l’interdiction des biens les plus énergivores à la location, la part de logements classés F et G mis en vente en 2022 est restée stable d’après le Journal du dimanche.

Pas de vague de mise en vente de logements mal notés en 2022, malgré l’inquiétude des professionnels de l’immobilier. Depuis le 1er janvier 2023, il est interdit de louer un logement énergivore affichant un diagnostic de performance énergétique (DPE) dépassant 450 kWh/m². Depuis août, les logements étiquetés F ou G sont déjà soumis à un gel des loyers. A partir de 2025, tous les logements classés G, - pas seulement les G+ -, seront considérés comme indécents. Cela concernera ensuite les logements classés F en 2028 puis E en 2034.

Mais alors les professionnels craignaient une mise en vente massive des biens énergivores, leur part sur le marché est restée stable en 2022, d’après une étude du réseau d’agences Guy Hoquet dévoilée par le Journal du dimanche ce dimanche 15 janvier. Ils représentent 8% de l’offre immobilière “Un certain alarmisme se propageait à la suite de ces interdictions de location, mais seul un nombre limité de biens est concerné”, confie Stéphane Fritz, président de Guy Hoquet auprès du JDD. Une étude de l’Observatoire national de la rénovation énergétique rapportait qu’il y aurait 140.000 logements dans le parc locatif privé notés G+, moins de 2% du total, et 50 000 dans le parc social. L’offre de passoires thermiques en vente a très peu évolué en 2022, avec des augmentations de 0,1 à 2 points de pourcentage dans la plupart des villes étudiées. À Limoges, Metz, Caen, Poitiers et Strasbourg, la proportion de logements énergivores a même diminué.

Lire aussiPassoires thermiques : ces propriétaires qui trichent avec l'encadrement des loyers

Les biens classés F et G commercialisés 10% moins chers

Seule la ville de Paris fait figure d’exception, avec des mises en vente de logements F et G plus importantes que dans le reste du pays, toujours selon le JDD: 21,6% de l’offre est en hausse de 8,3 points. “Les passoires sont bien plus nombreuses à Paris du fait d’un parc ancien, reprend Stéphane Fritz. Les travaux de rénovation sont plus compliqués à effect[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi