Marchés français ouverture 1 h 29 min
  • Dow Jones

    31 176,01
    -12,39 (-0,04 %)
     
  • Nasdaq

    13 530,92
    0,00 (0,00 %)
     
  • Nikkei 225

    28 631,45
    -125,41 (-0,44 %)
     
  • EUR/USD

    1,2170
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    29 503,96
    -423,80 (-1,42 %)
     
  • BTC-EUR

    26 264,89
    +1 138,45 (+4,53 %)
     
  • CMC Crypto 200

    629,82
    +19,83 (+3,25 %)
     
  • S&P 500

    3 853,07
    +1,22 (+0,03 %)
     

Sarah Fuller entre dans l’histoire du football universitaire américain

·2 min de lecture

Sarah Fuller est entrée dans l’histoire du football américain en participant samedi à un match du Power 5, qui regroupe les cinq meilleures divisions du football universitaire américain.

Sur son casque, elle avait écrit la phrase : «Play like a girl», du nom de l'association qui encourage les jeunes filles à se lancer dans le sport et réaliser leur rêve. Samedi, cette étudiante de 21 ans est entrée dans l’histoire du football américain en devenant la première femme à participer à un match du Power 5, qui désigne les 5 plus importantes conférences universitaires de la NCAA (National Collegiate Athletic Association). Rien ne prédestinait pourtant Sarah Fuller à entrer sur le terrain, au milieu de coéquipiers tous masculins.

C’est en tant que gardienne de but de l’équipe féminine de football de l’Université Vanderbilt, dans le Tennessee, que Sarah Fuller évolue normalement. Avant d’être appelée au sein de l’équipe de football américain, elle venait d’ailleurs d’aider ses coéquipières à remporter le championnat universitaire, un titre qui leur échappait depuis 1994. Après cette belle victoire, elle espérait rentrer chez elle au Texas pour les vacances de Thanksgiving, mais la pandémie de covid-19 a changé son destin. Alors qu’elle préparait ses bagages, elle a reçu un appel de son entraineur lui demandant si elle serait prête à participer à un match de football américain. «Je serai là dans une heure», a-t-elle répondu, explique le «New York Times». Si elle a été appelée en renfort, c’est parce que les tireurs de l’équipe ont été contraints à arrêter leur entraînement et être placés en quarantaine après qu’au moins l’un d’entre eux a été en contact avec un cas positif au covid-19. Quant aux autres étudiants qui auraient pu les remplacer, ils étaient déjà tous de retour chez eux pour les fêtes.

"Elle aurait pu dire non facilement"

Et c’est au début de la seconde période que Sarah est entrée sur le(...)


Lire la suite sur Paris Match