La bourse est fermée

De quoi parle-t-on au Women's Forum?

·2 min de lecture

Le 19 novembre, au Carrousel du Louvre, 160 intervenants se sont succédé devant une assemblée majoritairement féminine. Au programme, parité, égalité et violences conjugales.

"Le combat pour l’égalité est humaniste, il n’est pas féministe." Pour sa première prestation en tant que directrice générale du Women’s Forum, ce vendredi 19 novembre au Carrousel du Louvre, Audrey Tcherkoff a d’emblée défini la ligne directrice que sera désormais la sienne à la tête du "Davos des femmes": inclusive, mais pas en opposition avec les hommes. En témoigne cette 16ème édition, revenue à Paris, avec ses 160 intervenants, dont une grande majorité de femmes, mais aussi quelques poids lourds masculins dont Maurice Lévy, le président de Publicis, et Jacques Attali, celui de Positive Planet, qui ont scellé une alliance autour du Women’s Forum, en avril dernier. Que faut-il retenir de cette journée de débats?

Elisabeth Moreno: "Les progrès restent insuffisants"

"On ne réussira pas si on ne fait pas progresser la place des femmes". , la ministre déléguée chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Egalité des chances, connaît bien le Women’s Forum: "il y a deux ans, j’étais là en tant que directrice générale de HP Afrique", a-t-elle rappelé, saluant l’arrivée d’Audrey Tcherkoff ainsi que le travail effectué jusque-là par . Après la crise sanitaire, pendant laquelle "les femmes ont été sur le front", se profile "un monde nouveau qui appelle un nouveau type de management", estime l’ancienne dirigeante d’entreprise. Un monde qui devrait être "plus inclusif, basé sur l’intelligence émotionnelle" et dans lequel "les femmes leaders auront une place de choix."

Lire aussi

Mais la réalité n’est pas toujours au rendez-vous des convictions, et "l’égalité n’existera que quand les femmes seront indépendantes économiquement", affirme Elisabeth Moreno, citant Françoise Giroud, la cofondatrice de L’Express et éphémère secrétaire d’Etat à la condition féminine. Au travers de ce prisme, estime la ministre, "nous vivons dans un monde où l’égalité salariale s’existe toujours pas". Et les progrès restent insuffisants: "je ne suis toujours pas sati[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles