La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 611,69
    -69,45 (-1,22 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 599,55
    -41,82 (-1,15 %)
     
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,2085
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 827,70
    -2,20 (-0,12 %)
     
  • BTC-EUR

    30 298,65
    +1 323,38 (+4,57 %)
     
  • CMC Crypto 200

    701,93
    -33,21 (-4,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,04
    -0,32 (-0,61 %)
     
  • DAX

    13 787,73
    -137,37 (-0,99 %)
     
  • FTSE 100

    6 735,71
    -66,25 (-0,97 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    28 519,18
    -179,12 (-0,62 %)
     
  • HANG SENG

    28 573,86
    +76,96 (+0,27 %)
     
  • GBP/USD

    1,3589
    -0,0102 (-0,75 %)
     

Paris, le verre à moitié plein

SO FOOT
·1 min de lecture

Quelque part dans nos têtes, malgré les heures passées à se tirer les cheveux devant ces deux équipes depuis le début de saison, il y avait un espoir : celui de voir un match épique, intense, brillant. C'était aussi celui de Thomas Tuchel, mardi, qui rêvait de voir de nouveau son PSG fracasser les ampoules du Théâtre des rêves de Manchester. Alors ? Promesse globalement tenue : ce Manchester United-PSG a rassemblé la grande majorité des épices d'une bonne soirée européenne et a récompensé, au bout du bout, un vainqueur à deux visages. Le premier a été livré durant la première demi-heure de la rencontre : là, on a vu le PSG tenir le ballon, avancer en bloc, ouvrir le score grâce à un Neymar renard, alors que Marcus Rashford était en position de canarder le scénario vingt secondes plus tôt de l'autre côté du terrain, enfermer Manchester United dans son camp grâce à un pressing bien ficelé, pousser De Gea à déplier l'un de ses bras sur… Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com