La bourse ferme dans 3 h 21 min
  • CAC 40

    6 304,75
    +17,68 (+0,28 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,69
    -0,30 (-0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,67 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,2039
    +0,0059 (+0,49 %)
     
  • Gold future

    1 781,90
    +1,70 (+0,10 %)
     
  • BTC-EUR

    47 404,02
    +1 433,09 (+3,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 294,93
    -96,78 (-6,95 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,99
    -0,14 (-0,22 %)
     
  • DAX

    15 439,85
    -19,90 (-0,13 %)
     
  • FTSE 100

    7 020,37
    +0,84 (+0,01 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,54 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 685,37
    +2,00 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    29 106,15
    +136,44 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3935
    +0,0095 (+0,69 %)
     

Paris s'oppose à une quasi-fermeture de la frontière entre l'Allemagne et la Moselle

·1 min de lecture

L'Allemagne a classé dimanche en zone à haut risque la Moselle, un des départements français les plus touchés par l'épidémie de Covid-19. "Le département français de Moselle sera considéré à partir du 2 mars à 00h00 comme zone affectée par les variants" du virus du Covid-19, soit la catégorie la plus élevée dans l'échelle de risque en Allemagne pour le coronavirus, a indiqué le ministère de la Santé. De son côté, Clément Baune, le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, a réagi en demandant à Berlin d'éviter des contrôles "stricts" équivalant à une "quasi-fermeture" de la frontière.

"On n'en veut pas"

"La frontière ne sera pas fermée", a assuré à l'AFP un porte-parole du ministère de l'Intérieur, notamment car les régions allemandes limitrophes de la Moselle, la Sarre et la Rhénanie-Palatinat, ne l'ont pas demandé. Les contrôles seront en revanche aléatoires et à l'intérieur du territoire allemand, a-t-il précisé.

Le passage d'une région en catégorie "zones de variants" est un classement qui implique normalement, c'est ce qu'a fait l'Allemagne à l'égard de l'Autriche ou de la République tchèque, des mesures extrêmement strictes de quasi-fermeture des frontières", a déclaré Clément Beaune sur France Inter. "Cela on n'en veut pas" pour les 16.000 travailleurs frontaliers de Moselle, a-t-il dit, en précisant être en discussions avec Berlin pour "essayer d’atténuer ces mesures le plus possible". Il a ainsi suggéré des tests "qui ne soient pas obligatoires chaque jour...


Lire la suite sur Europe1