La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 285,24
    +12,53 (+0,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 657,03
    +16,48 (+0,45 %)
     
  • Dow Jones

    31 261,90
    +8,77 (+0,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0562
    -0,0026 (-0,24 %)
     
  • Gold future

    1 845,10
    +3,90 (+0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    27 861,29
    -50,28 (-0,18 %)
     
  • CMC Crypto 200

    650,34
    -23,03 (-3,42 %)
     
  • Pétrole WTI

    110,35
    +0,46 (+0,42 %)
     
  • DAX

    13 981,91
    +99,61 (+0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 389,98
    +87,24 (+1,19 %)
     
  • Nasdaq

    11 354,62
    -33,88 (-0,30 %)
     
  • S&P 500

    3 901,36
    +0,57 (+0,01 %)
     
  • Nikkei 225

    26 739,03
    +336,19 (+1,27 %)
     
  • HANG SENG

    20 717,24
    +596,56 (+2,96 %)
     
  • GBP/USD

    1,2495
    +0,0020 (+0,16 %)
     

A Paris, le retour des visiteurs et l'esquisse d'un tourisme "d'après"

Paris leur a manqué. Avec les beaux jours, les touristes étrangers sont de retour dans la capitale après deux années de pandémie, une crise dont la mairie veut profiter pour basculer vers un tourisme "plus durable".

"Quand je suis à la maison, Paris me manque." Beat, 69 ans, et Heidi, 66 ans, deux Suisses croisés jeudi devant une boutique de souvenirs au pied de Notre-Dame, venaient "tous les ans à Paris depuis 30 ans" avant que le Covid-19 ne les prive de ce plaisir. Ils redécouvrent la capitale tout sourire, même si Heidi trouve qu'il y a "beaucoup de restaurants et de cafés fermés".

A Paris pour la première fois, Anne-Marie, 25 ans, et son père Henri, 55 ans, venus de Munich par le train, sont d'autant plus ravis qu'ils ont passé la pandémie sans sortir de Bavière. Insatiable vis-à-vis des monuments, Anne-Marie, qui n'a pas souhaité donner son nom, n'en oublie pas son masque pour la visite du Louvre. "Je travaille dans un hôpital, je fais très attention".

Venue de Namur avec un groupe d'amis, Hélène, croisée sur l'île Saint-Louis, ne pense plus du tout au virus mais à "rattraper" le temps perdu. "On se retrouve comme des enfants avec des ailes dans le dos", lance la septuagénaire belge, qui n'était pas venue à Paris depuis deux décennies et la redécouvre "beaucoup plus piétonnière, plus agréable, moins sauvage".

Devant la cathédrale en travaux, au Pont-Neuf pour entrer sur un bateau-mouche ou entre les quatre piliers de la Tour Eiffel, c'est la même impression: une foule grouillante et enjouée a repris ses bonnes vieilles habitudes.

- Pâques d'avant -

"Le retour des touristes a commencé fin février, mais c'est surtout depuis la semaine avant Pâques", confirme Léo Razzaz, dont le nombre de focaccia vendues sur un vélo-cargo, stationné jeudi place du Palais-Royal, a triplé depuis fin mars.

Avec 20% de touristes en plus par rapport à 2019, "sans les Russes, ni les Asiatiques", soulignait Jean-François Rial, président de l'Office du Tourisme et des Congrès de Paris (OTCP), mercredi sur BFM Business, le weekend pascal a marqué un tournant dans les retrouvailles, remplissant les hôtels à 82%. La Tour Eiffel a enregistré 22.000 visiteurs par jour, tout près de sa capacité maximale.

Sur ce weekend pascal, les Nord-Américains étaient presque aussi nombreux qu'avant la pandémie (-2%), les Européens aussi (-8%), souligne l'OTCP pour qui "ces dynamiques devraient se poursuivre".

Ainsi en juillet, les touristes européens devraient être plus nombreux qu'en 2019 dans la capitale, tandis que le retour des Américains "à des volumes prépandémiques", en décalé, pourrait advenir après l'été, estime l'OTCP.

A la Tour Eiffel, outre le retour des Américains, on note la "renationalisation" du "visitorat" avec un quart de visiteurs français, soit deux fois plus qu'avant-crise, souligne Jean-François Martins, président de la société d'exploitation (Sete).

- Un tourisme "plus résistant" ? -

En l'absence des touristes russes, bloqués par le conflit ukrainien, et des asiatiques, qui sortent beaucoup plus prudemment de la pandémie, cet essor "est d'autant plus intéressant qu'il s'appuie sur un retour du tourisme plus local, français et européen", abonde Frédéric Hocquard, adjoint (Génération.s) à la mairie de Paris en charge du tourisme.

Moins d'arrivées en avion, plus en train, de plus longs séjours et "mieux répartis sur le territoire": pour l'adjoint d'Anne Hidalgo, la sortie de crise est une opportunité pour se rapprocher d'un "tourisme plus durable et donc plus résilient, plus résistant en période de crise".

Avec la mise en place de la zone à trafic limité (ZTL) en 2024, M. Hocquard veut ainsi "réduire la place du bus touristique dans Paris", mais aussi "aider les hôtels à se raccorder à la climatisation centrale" ou à installer des parcs à vélo, ou encore "favoriser l'implantation de l'hôtellerie dans l'est de la ville" pour compenser les quartiers de l'ouest "surdotés".

Illustration de cette volonté d'"éviter la surconcentration des touristes au même moment et au même endroit", M. Rial vante désormais "les Paris alternatifs". Sur le site de l'office du tourisme, une revue des meilleurs quartiers pour les fresques de street-art incite par exemple à franchir le périphérique jusqu'à Vitry-sur-Seine ou Saint-Denis.

pyv/pga/gvy

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles