La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 520,12
    +256,64 (+0,88 %)
     
  • Nasdaq

    11 865,32
    +10,35 (+0,09 %)
     
  • Nikkei 225

    25 527,37
    -106,93 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,1846
    -0,0017 (-0,14 %)
     
  • HANG SENG

    26 486,20
    +34,66 (+0,13 %)
     
  • BTC-EUR

    15 418,06
    -135,01 (-0,87 %)
     
  • CMC Crypto 200

    361,03
    -0,40 (-0,11 %)
     
  • S&P 500

    3 570,00
    +12,46 (+0,35 %)
     

A Paris, une nouvelle ligne esthétique pour redessiner le mobilier urbain

·2 min de lecture

Paris, ville patrimoniale, ville musée, métropole de la mode et de l’amour, ville des Lumières… Rares sont les villes qui, comme , existent avec tant de force dans l’imaginaire collectif. La ville modelée par Haussmann et Alphan au 19ème siècle, incarne au yeux de beaucoup un idéal d’esthétisme - que les récentes controverses autour de la propreté et la présence insolente de rats n’ont pas encore écorné. Mais Paris porte aussi la marque de plusieurs milliers d’années, et recèle un patchwork d’influences différentes, que les projets architecturaux les plus récents continuent de diversifier. Et la maire de Paris Anne Hidalgo, réélue en juin, veut continuer de transformer la ville, sous les signes jumelés de la végétalisation et des pistes cyclables.

Lire aussi

Concrètement, la ville a décidé d’aborder le sujet au prisme de l’esthétique et du “beau” - qui recoupe des enjeux de design et d’aménagement de l’espace public - en lançant un “manifeste pour une nouvelle esthétique parisienne.”

Une ligne visuelle “signature” de Paris

Le but de l’opération est de renouveler le mobilier urbain selon une ligne visuelle, à définir qui deviendra une signature de Paris, comme les fontaines Wallaces, les colonnes Morris, ou encore les bouches de métro en sont venues à . La ville lancera trois mini concours de design pour réinventer le mobilier urbain. L’objectif de la ville "préserver la grammaire haussmannienne” de Paris “sans renoncer à l’innovation”. Il faut “de nouvelles architectures de l’espace public qui corresponde à des nouveaux besoins et usages”, indique Emmanuel Grégoire, qui en tant que premier adjoint à l’urbanisme de la Maire pilotera ce grand projet.

Lire aussi

Le sujet de la beauté de Paris, réel ou fantasmé, est cher aux Parisiens et incarne aussi d’immenses sources de revenus, en ce que Paris est la sixième ville touristique du monde, accueillant en 2019 près de 50 millions de touristes par an. La période actuelle, désertée des touristes, ne le prouve que trop.

Est[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi