La bourse ferme dans 8 h 19 min
  • CAC 40

    5 559,57
    0,00 (0,00 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 602,41
    -21,63 (-0,60 %)
     
  • Dow Jones

    30 996,98
    -179,02 (-0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,2180
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • Gold future

    1 852,70
    -3,50 (-0,19 %)
     
  • BTC-EUR

    27 391,87
    -97,86 (-0,36 %)
     
  • CMC Crypto 200

    677,02
    +0,12 (+0,02 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,66
    +0,39 (+0,75 %)
     
  • DAX

    13 873,97
    -32,73 (-0,24 %)
     
  • FTSE 100

    6 695,07
    0,00 (0,00 %)
     
  • Nasdaq

    13 543,06
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    3 841,47
    -11,60 (-0,30 %)
     
  • Nikkei 225

    28 822,29
    +190,84 (+0,67 %)
     
  • HANG SENG

    30 159,78
    +711,93 (+2,42 %)
     
  • GBP/USD

    1,3707
    +0,0023 (+0,17 %)
     

Paris : un nouveau camp de migrant aussitôt démantelé place de la République

·1 min de lecture

Plusieurs centaines de migrants, en errance depuis l'évacuation d'un important camp d'exilés la semaine dernière, ont monté lundi un nouveau campement dans le centre de Paris, que les forces de l'ordre ont rapidement démantelé dans la soirée.

"On était sur le campement (précédent), on a été virés le jour où les autres ont été emmenés dans les bus (pour être mis à l'abri) et depuis on est à nouveau dans la rue où la police ne nous laisse pas dormir", a expliqué Mahdi Jafari, un Afghan de 19 ans, en installant sa tente à 19 heures précises sur la place de la République.

Un hébergement d'urgence réclamé

En moins de deux minutes, environ 500 tentes bleues se sont déployées sous la statue de la République, vite investies par des centaines d'exilés, pour l'écrasante majorité originaires d'Afghanistan. "Ils ont été laissés sur le carreau et invisibilisés, mais eux aussi ont besoin d'un hébergement, surtout en pleine crise sanitaire", a abondé Maël de Marcellus, responsable parisien de l'association Utopia56, qui a aidé les exilés à s'installer.

 

À peine une heure après l'installation, les forces de l'ordre ont commencé à enlever une partie des tentes, parfois avec des exilés encore à l'intérieur, sous les cris et huées de militants et de migrants. Vers 21h30, le campement était démonté, tandis que les exilés, des militants associatifs, des élus et des avocats restaient sur place pour réclamer un hébergement d'urgence. 

"La constitution de tels campements, organisée par certaines assoc...


Lire la suite sur Europe1