La bourse ferme dans 2 h 15 min

Paris : un escroc empoche plusieurs milliers d'euros grâce à une fausse annonce de sous-location

Plusieurs personnes ont été victimes d'une arnaque à la location, à Paris. L'auteur des méfaits reste introuvable.

Trouver un logement à Paris reste un calvaire pour de nombreux Parisiens et aspirants Franciliens. À tel point que les arnaques fleurissent notamment sur les réseaux sociaux. Récemment, ce sont au moins quatre personnes qui ont été victimes d'une escroquerie à la location. L'auteur des faits s'est volatilisé avec plusieurs milliers d'euros récoltés en très peu de temps et en laissant sur le carreau des personnes ayant avidement besoin d'un appartement, rapporte Le Parisien, auprès duquel un couple de victimes témoigne.

À la recherche d'un appartement depuis son arrivée sur Paris, un jeune couple est contacté pour la sous-location d'un studio en mezzanine situé rue Vieille-du-Temple, dans le IIIe arrondissement. La prise de contact se déroule comme souvent dans ce genre de cas : la visite de l'appartement est prévue pour le jour même, plusieurs personnes sont intéressées par le bien, donc le premier candidat qui dit oui sera le nouveau locataire.

"Pour nous c'était ok, on a donné 600 euros en espèces pour le premier loyer, il nous fait un contrat de location, nous a remis les clés, tout expliqué...", confie le couple au quotidien. Le locataire demande quelques jours pour vider les lieux. Le lendemain de la signature du contrat, le jeune couple passe déposer quelques affaires ainsi que la moitié de la caution demandée pour l'appartement, soit 300 euros.

Mais le rendez-vous pris trois jours plus tard avec l'auteur de l'annonce est un fiasco : l'homme est injoignable et lorsque le couple décide de se rendre dans son nouveau logement, la clef ne fonctionne pas. Un autre individu finit par ouvrir la porte. Il s'agit en réalité du propriétaire des lieux qui indique alors au jeune couple que les serrures viennent d'être changées après qu'une autre victime de l'escroquerie a tenté de pénétrer dans l'appartement.

L'arnaqueur (...) Cliquez ici pour voir la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

Surcharge de travail, management défaillant... le cri d’alarme des agents de Bercy
Deliveroo accusée par la justice de ne pas payer de cotisations sociales en Belgique
Les "cellules de résilience", pour repérer et désamorcer les conflits au bureau
L'injonction au bonheur, bonne idée ou vraie contrainte au travail ?
Air France-KLM lorgnerait Malaysia Airlines