La bourse ferme dans 5 h 27 min

A Paris, qui doit gérer la crise des migrants?

C’est la 59ème intervention depuis 2015, et la plus grosse en un an et demi. Plus de 1600 migrants, installés dans des campements de fortune à la Porte de la Chapelle, dans le nord-est de Paris, et le long de l’avenue Président Wilson, à Saint-Denis, ont été mis à l’abri le 7 novembre au matin. Les personnes évacuées, en majorité des hommes venant d’Afrique subsaharienne, ont été escortés par la police vers des hébergements d’urgence où l’Etat procède à l’étude de leurs dossiers.

A Paris, la vue d’enfilades de tentes précaires sous les métros aériens ou en marge du périphérique n’est étrangère à personne. La situation, dénoncée par les associations comme une véritable crise humanitaire, est même devenue un enjeu des municipales parisiennes. Les derniers bus s’éloignaient à peine de la porte de la Chapelle que Benjamin Griveaux réagissait à l’événement  "La Ville aurait pu, et dû, agir il y a bien longtemps en demandant l’évacuation du campement dès l’installation des premières tentes", estime le candidat LREM. Il dénonce également des "jeux politiques désuets", qu'il attribue à la Maire de Paris.

Compétence de l'Etat

Riposte immédiate du camp de la maire de Paris : "l’obligation légale d’assurer l’hébergement d’urgence des personnes sans abri en situation de détresse revient à l’Etat !", affirme Dominique Versini, adjointe à la Maire aux solidarités, la lutte contre l’exclusion, l’accueil des réfugiés et la protection de l’enfance. En clair, la Mairie de Paris ne dispose pas des compétences nécessaires qui lui permettrait de faire face à la situation. 

Effectivement, les compétences migratoires relèvent de l’Etat et de ses services déconcentrés. Comme pour Marseille et Lyon, la municipalité ne gère pas ses propres forces de police. C’est donc le préfet de police de Paris, Didier Lallement, qui a ordonné et orchestré l’évacuation des campements de migrants le 7 novembre. Fait inédit, le préfet a passé un arrêté qui interdi[...]

Lire la suite sur challenges.fr

La France va accueillir 150 des 356 migrants de l'Ocean VikingLa France s'engage à accueillir 40 migrants de l'Open ArmsPénuries de main-d'oeuvre: recourir aux migrants reste tabouFaute de candidats, les restaurateurs appellent à la simplification du recrutement des migrants"Déportations" de migrants en Europe: Wauquiez juge "indigne(s)" les propos de Macron