Publicité
La bourse ferme dans 32 min
  • CAC 40

    7 865,71
    +76,50 (+0,98 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 035,13
    +70,04 (+1,41 %)
     
  • Dow Jones

    38 939,74
    +192,32 (+0,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,0850
    +0,0105 (+0,98 %)
     
  • Gold future

    2 340,80
    +14,20 (+0,61 %)
     
  • Bitcoin EUR

    64 366,50
    +2 686,52 (+4,36 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 442,99
    +47,95 (+3,44 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,38
    +0,48 (+0,62 %)
     
  • DAX

    18 638,13
    +268,19 (+1,46 %)
     
  • FTSE 100

    8 213,91
    +66,10 (+0,81 %)
     
  • Nasdaq

    17 638,29
    +294,74 (+1,70 %)
     
  • S&P 500

    5 436,01
    +60,69 (+1,13 %)
     
  • Nikkei 225

    38 876,71
    -258,08 (-0,66 %)
     
  • HANG SENG

    17 937,84
    -238,50 (-1,31 %)
     
  • GBP/USD

    1,2838
    +0,0097 (+0,76 %)
     

Paris : des autocollants anti-IVG placardés sur des Vélib, la mairie de Paris prévoit une attaque en justice

©iStock/ErithJohn

Un groupuscule anti-avortement a placardé, dans la nuit de mercredi à jeudi 25 mai, des stickers contre le recours à l’IVG sur plus d’une centaine de Vélib de la capitale. Le syndicat prestataire des vélos parisiens prévoit de déposer une plainte.

« Et si vous l’aviez laissé vivre ? ». C’est le message anti-avortement floqué, puis placardé sur de nombreux Vélib, vélos en libre-service, par le collectif « Les Survivants » dans la nuit de mercredi à jeudi 25 mai. « Nous sommes en train de faire le compte » du nombre de vélos touchés, a expliqué Sylvain Raifaud, conseiller de Paris et président du SAVM, le syndicat Autolib' et Vélib' Métropole, à nos confrères de à France Info. Les deux organismes et la mairie de Paris prévoient de porter plainte « dans la journée pour dégradation des vélos et de l’image de Vélib’ », a-t-il ajouté.

Un collectif pro-vie

Derrière cette action, largement condamnée par les usagers des vélos en libre-service, le collectif « Les Survivants ». Un groupuscule pro-vie crée en 2016 et dont les membres sont des habitués des coups de communication. Le collectif, souvent accusé de flirter avec l’extrême droite, a publié un communiqué officiel sur son site internet pour justifier cette action.

...Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi