La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 733,69
    +47,52 (+0,71 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 188,81
    +33,08 (+0,80 %)
     
  • Dow Jones

    35 677,02
    +73,94 (+0,21 %)
     
  • EUR/USD

    1,1648
    +0,0018 (+0,15 %)
     
  • Gold future

    1 793,10
    +11,20 (+0,63 %)
     
  • BTC-EUR

    51 677,61
    -2 363,93 (-4,37 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 453,34
    -49,69 (-3,31 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,98
    +1,48 (+1,79 %)
     
  • DAX

    15 542,98
    +70,42 (+0,46 %)
     
  • FTSE 100

    7 204,55
    +14,25 (+0,20 %)
     
  • Nasdaq

    15 090,20
    -125,50 (-0,82 %)
     
  • S&P 500

    4 544,90
    -4,88 (-0,11 %)
     
  • Nikkei 225

    28 804,85
    +96,27 (+0,34 %)
     
  • HANG SENG

    26 126,93
    +109,40 (+0,42 %)
     
  • GBP/USD

    1,3759
    -0,0036 (-0,26 %)
     

Paris 2024 - Paris 2024 : les volontaires ont la flamme

·3 min de lecture

Le conseil d'administration de Paris 2024, réuni mardi matin, a discuté du parcours de la flamme et de la stratégie de recrutement des volontaires. Pour son premier conseil d'administration post-Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo, organisé mardi matin en son siège dyonisien, Paris 2024 avait deux gros sujets au menu. Le parcours de la flamme, sur lequel le comité planche depuis plusieurs mois, ne sera dévoilé dans sa version définitive qu'au deuxième trimestre 2023. Mais le COJO en a présenté les grands principes avec l'objectif que 90 % des Français puissent voir la flamme. À Londres en 2012, par exemple, quinze millions de Britanniques avaient suivi le parcours. Des crochets par les pays limitrophes pas exclus Pour les Jeux parisiens, 12 000 relayeurs vont se succéder, seuls ou à plusieurs puisque le comité souhaite proposer à une équipe d'un club ou d'une association de parcourir près de 200 mètres en moyenne. Pendant quatre-vingts jours, ils vont traverser 700 villes, dont 70 villes étapes, dans un maximum de territoires, dont un d'Outre-mer avec une priorité donnée aux villes ayant le label Terre de Jeux. Des crochets par les pays limitrophes ne sont pas exclus, comme la Belgique ou encore l'Italie puisque le COJO s'est pacsé avec le comité d'organisation Milan-Cortina 2026 à Tokyo en août dernier. Outre la volonté d'avoir autant de relayeurs que de relayeuses, Paris 2024 souhaite ouvrir le parcours à des personnes en situation de handicap et faire courir des personnes valides pendant le relais de la flamme des Jeux paralympiques. L'événement sera parrainé par des sponsors du comité ou du CIO sachant que deux partenaires internationaux, Toyota et Coca-Cola, ont une priorité pour s'associer au parcours de la flamme des Jeux de Paris 2024. 1 Le changement de personne qualifiée au sein du conseil d'administration de Paris 2024 : la judoka Sandrine Martinet, vice-championne paralympique à Tokyo (-48) remplace la triple championne olympique Marie-José Perec. L'autre sujet à l'ordre du jour était celui des volontaires. Un portail dédié au recrutement de ces 45 000 bénévoles, dont 15 000 pour les Jeux Paralympiques, sera ouvert au grand public en février 2023. Paris 2024 travaille déjà sur le sujet avec les fédérations olympiques et paralympiques, les villes hôtes et Terre de jeux ainsi que les partenaires. Pour postuler, il faudra avoir 18 ans au minimum en janvier 2024, parler français ou anglais, habiter en France ou à l'étranger (3 à 5 % des volontaires habituellement). Les logements de ces bénévoles ne seront pas pris en charge, ni les transports, à l'exception des transports publics sur place. Dans l'idéal, ils se répartiront à égalité entre hommes et femmes, bénéficieront d'un repas par jour, d'un jour de repos par semaine et seront habillés par Décathlon, partenaire de Paris 2024 depuis juillet dernier. lire aussi Toute l'actu de Paris 2024 Pour mieux cadrer leur mission et bien la différencier d'un contrat de travail, le comité publie ce mardi sa charte du volontariat olympique et paralympique. Y sont listées les 75 missions génériques confiées aux volontaires : de l'accueil du public à la traduction des interviews des athlètes, en passant par le chronométrage de certaines épreuves. À ces volontaires du COJO, s'ajouteront des bénévoles recrutés par Paris et les villes hôtes, dont le nombre est estimé entre 25 000 et 30 000. Ces « volontaires du dernier kilomètre », seront chargés d'accompagner les visiteurs depuis une station de métro, par exemple, jusqu'au site de compétition. La capitale prépare ainsi son propre programme de volontaires, d'environ 15 000 personnes, comme Tokyo l'a fait pendant les Jeux olympiques et paralympiques. « Le débat sur les volontaires du dernier kilomètre n'est pas abouti », expliquait, lundi, Stéphane Troussel, président du département de Seine-Saint-Denis. « On veut travailler ensemble sur ce qu'est ce programme des volontaires du dernier kilomètre, à la charge des collectivités. On considère que l'on doit travailler ensemble pour qu'il n'y ait pas différentes catégories », poursuivait l'élu qui souhaite que 10 000 habitants du département intègrent le programme des volontaires de Paris 2024.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles