La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    19 937,92
    -44,10 (-0,22 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

Le pari réussi du "tacticien" Mélenchon

STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Grâce à son alliance de la gauche, le tribun insoumis, met en ballotage la majorité d'Emmanuel Macron. Et s'impose comme la principale force d'opposition au président de la République.

Le vieux tribun peut avoir le sourire. Avant même le second tour des élections législatives, Jean-Luc Mélenchon a d'ores et déjà réussi son pari en imposant son alliance de la gauche, la Nouvelle union populaire écologique et sociale, comme la principale force d'opposition à Emmanuel Macron. En réunissant derrière lui les écologistes, les socialistes et les communistes, l'insoumis est parvenu à qualifier ses candidats dans plus de 480 circonscriptions, tout en faisant jeu égal avec la majorité présidentielle à l'échelle nationale avec 25 à 26,2% des voix. Un improbable tour de force alors que la gauche, éliminée au premier tour de la présidentielle et longtemps divisée, semblait condamnée à jouer les seconds rôles. Grâce à l'efficacité de son union tactique, elle peut aujourd'hui espérer priver Emmanuel Macron de majorité absolue à l'Assemblée nationale... du jamais vu depuis Michel Rocard en 1988. Et même, dans ses rêves les plus fous, imposer une cohabitation au président de la République. Un scénario hautement improbable . Mais auquel Jean-Luc Mélenchon veut croire : "C'est le pourcentage qui compte, les projections c'est pour calmer le bourgeois", a tancé le leader de la gauche dimanche soir, au QG de la Nupes.

Le piège de la TVA

A la Fabrique événementielle, dans le 10e arrondissement de Paris, où étaient réunis cadres et militants de la Nupes, la soirée électorale s'est déroulée dans un mélange d'enthousiasme et d'espoir. Dès l'annonce des résultats, Jean-Luc Mélenchon s'est précipité dans la salle où était réunie une petite poignée de sympathisants insoumis pour célébrer son succès. Au pas de charge, suivi d'une nuée de caméras, il a donné l'accolade à ses soutiens avant de monter à l'étage, où se trouvait la salle de presse. Ton calme, visage grave, à l'image de l'enjeu qui sous-tend selon lui, le second tour des législatives et de "l'émotion" qui était la sienne, le chef de file des insoumis a appelé les Français à "déferler" dans les urnes dimanche prochai[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles