Marchés français ouverture 3 h 34 min
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,63 (-1,50 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,95 (+0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    29 579,13
    +613,12 (+2,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,2080
    -0,0007 (-0,06 %)
     
  • HANG SENG

    29 328,38
    +348,17 (+1,20 %)
     
  • BTC-EUR

    38 226,13
    +178,86 (+0,47 %)
     
  • CMC Crypto 200

    922,48
    -10,65 (-1,14 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     

Parfumerie, tourisme, textile: le commerce a perdu 22.000 emplois en 2020

·2 min de lecture

Alors que 62 parfumeries Nocibé vont fermer en France d'ici à 2023, une étude du gestionnaire de paye ADP révèle que le commerce est le secteur qui a le plus souffert de la crise sanitaire, en termes d'emploi, en 2020.

2020 aura été noire pour le commerce. Alors que Jean Castex a de plus de 20.000 mètres carrés, une étude d’ADP (Automatic Data Processing), parue quatre jours plus tôt, tire la sonnette d’alarme. En analysant les bulletins de salaire de 3 millions de collaborateurs du privé, ce gestionnaire de paie est arrivé à un terrible constat: à lui seul, l’an dernier, le commerce, au sens large (tourisme, e-commerce...), a enregistré une perte nette de 22.670 emplois en France.

Certes, il comptabilise toujours environ un million de salariés, mais "c’est le secteur le plus affecté par la crise sanitaire, devant l’industrie qui a perdu 16.879 emplois", pointe Carlos Fontelas de Carvalho, président d’ADP en France et en Suisse. "Jusqu’en mars, il créait des emplois nets en France. Dès avril, 3.500 postes étaient supprimés, puis 4.200 en mai." La réalité est même plus inquiétante encore car ADP ne comptabilise pas les salariés passés au chômage partiel, qui reçoivent toujours leur fiche de paye, et dont le travail est pour beaucoup sur la sellette, ni les commerçants à leur compte, dont certains ont dû mettre la clé sous le paillasson. "D'habitude, les commerçants embauchent des saisonniers l'été et à Noël", rappelle aussi William Koeberlé, président du Conseil de Commerce de France. "Cette année, cela n'a pas été le cas. Tout le monde a serré la vis.

Des difficultés antérieures à la crise sanitaire

Bien sûr, la pandémie n’est pas responsable des difficultés structurelles du secteur. , dont plusieurs études estiment que son activité détruit des emplois, la désaffection des centres-villes et des centres commerciaux, selon les zones, et , menacent les acteurs historiques du secteur depuis des années. A cela se sont ajoutés les attentats terroristes, le mouvement des gilets jaunes, puis celui des retraites, qui ont plombé les ventes le week-end, surtout à Paris. D’ailleurs, depuis qu’ADP a commencé son étude en France, il y a cinq ans, le nombre de créations annuelles d’emplois net[...]

Lire la suite sur challenges.fr