La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 229,74
    -513,08 (-1,48 %)
     
  • Nasdaq

    13 349,19
    -52,67 (-0,39 %)
     
  • Nikkei 225

    28 608,59
    -909,71 (-3,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,2165
    +0,0031 (+0,26 %)
     
  • HANG SENG

    28 013,81
    -581,89 (-2,03 %)
     
  • BTC-EUR

    46 213,64
    -1 888,88 (-3,93 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 504,92
    +1 262,24 (+520,13 %)
     
  • S&P 500

    4 145,51
    -42,92 (-1,02 %)
     

Le parc naturel de l'Asinara en Sardaigne peut-il sauver la mer Méditerranée du plastique ?

Bruce de Galzain
·1 min de lecture

À l'école primaire Borgona à Porto Torres, en Sardaigne, située juste en face de la réserve naturelle de l'Asinara, les élèves sont déjà sensibilisés au danger du plastique. Pietro n'a que 6 ans : "C'est très polluant. Le plastique peut aussi faire mourir tous les animaux dans la mer parce que si on jette le plastique, les animaux le mangent, ils s'emmêlent, ça fait de gros dégâts !"

Un changement de mentalités

Les élèves ont participé aux actions de sensibilisation du projet européen Clean Sea Life, mais ici, dès le CP, on parle environnement presque tous les jours. Sur son bateau de pêche, Lorenzo Nieddu est bien conscient de ce changement de mentalité. Avec la trentaine de pêcheurs de Porto Torres, ils ont ramassé 187 kg de déchets marins l'an dernier pendant trois jours.

"Il y a 35 ans déjà, dans les années 1985-1986, on a fait les premières collectes et on ramassait tous les déchets, raconte le pêcheur. Il y en avait peut-être même plus qu'aujourd'hui."

"À cause de la zone industrielle qui rejetait des microplastiques, ils s'envolaient et atterrissaient dans la mer. Mais aujourd'hui heureusement elle a fermé, et on est bien plus sensibles à l'environnement, surtout les jeunes."

Lorenzo Nieddu, pêcheur

à franceinfo

Ici, en face de la réserve naturelle de l'Asinara, des dauphins et des baleines sont visibles car la zone est propre et protégée.

Les masques, "un désastre environnemental"

Nous embarquons pour l'île et son centre de récupération des animaux marins avec Laura (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi