Marchés français ouverture 8 h 56 min

Paranos, obsessionnels… à Marseille, les managers du Trésor Public doivent classer les agents difficiles

Un Powerpoint diffusé pendant un séminaire de la Direction Régionale des Finances Publiques (DRFIP) de PACA et Bouches-du-Rhône explique comment reconnaître les “salariés difficiles”. La CGT dénonce le procédé, la direction se défend.

La scène se passe en ce début d’année 2018, dans une salle de réunion de la Direction Régionale des Finances Publiques (DRFIP) de Marseille. Pendant trois jours, les “chefs d’unité” sont convoqués pour des journées d’étude. Chaque après-midi, ils sont appelés à se pencher sur une seule et même thématique, à savoir la “gestion des agents difficiles”. Dans ce cadre, leur est diffusé un Powerpoint qui les incite à “classifier et identifier certains types de personnalités difficiles afin de mieux comprendre leurs réactions”. Quand l’information est arrivée aux oreilles des élus CGT de la DRIFP, leur sang n’a fait qu’un tour. Le 2 mars dernier, ils se sont fendus d’un communiqué assassin.

CGTUn extrait du Powerpoint pris en photo par la CGT

“Déjà, parler d’un agent difficile, c’est l’essentialiser, c’est-à-dire juger que cette personne a forcément des problèmes dans toutes les sphères de sa vie. Et puis, c’est nier l’influence que peut avoir l’ambiance de travail sur le comportement d’une personne. Le vocable de personne en difficulté est, selon nous, plus approprié”, s’insurge Frédéric Larrivé, un des élus CGT de la DRFIP. “En introduction, nous avons bien expliqué qu’il fallait absolument différencier personnes difficiles et personnes en difficulté”, se défend la chargée de la communication de la DRFIP.

(...) Cliquez ici pour voir la suite