La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,23 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2168
    +0,0100 (+0,83 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +16,30 (+0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    48 371,41
    +1 740,89 (+3,73 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,28 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,91 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,39 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,45 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,81 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0097 (+0,70 %)
     

Le pape de l’intelligence artificielle Luc Julia va rejoindre Renault

·2 min de lecture

EXCLUSIF - Après Samsung, Luc Julia devient directeur scientifique du constructeur automobile, une "fierté nationale". Son credo: la technologie pour les vrais gens. Rencontre.

Voilà trente ans qu’il réside dans la Silicon Valley. Et toutes les décennies, il change de vie. Après la recherche à l’université de Stanford, puis les start-up californiennes et enfin les grands groupes de high-tech, , veut "faire la révolution tech dans l’industrie automobile". Dans les prochaines semaines, il va rejoindre le groupe Renault, comme chief scientific officer. Sous sa responsabilité: la sécurité, le cyber, l’interface homme-machine…

"C’est la première fois que je travaille en France", confie l’ex-patron de l’innovation de Samsung, qu’il a quitté en début d’année. La décision du groupe coréen de regrouper ses équipes de recherche et développement à Séoul n’était "pas compatible avec (sa) vision". Ses avocats ont bien négocié son départ. "Ça s’est bien passé, mais je n’écrirai pas un bouquin sur Samsung", plaisante-t-il.

Cap sur la "Régie Renault"

Après son premier livre, L’intelligence artificielle n’existe pas (Editions First, 2019), il aurait pourtant bien des choses à raconter sur les arcanes de ce mastodonte de l’électronique, qu’il avait rejoint en 2012. Mais la page est tournée. Tous ses anciens collaborateurs – la crème des ingénieurs – ont trouvé un nouveau job. Ils étaient une centaine dans la Silicon Valley et une quarantaine à Paris. "Je suis un peu spécial, mais j’aime mes équipes."

Lire aussi

Avec Renault, c’est autre chose: "Dans mon imaginaire, c’est la Régie Renault, la fierté nationale… Même si elle est un peu fatiguée." L’histoire a commencé l’an dernier, en Corée du Sud, chez Renault Samsung Motors, filiale du groupe français. Son patron, un ami, lui a présenté Luca de Meo, le directeur général de la marque au losange. Les deux hommes ont vite sympathisé. C’était avant la fermeture de ses laboratoires par Samsung, "on avait prévu de faire des trucs rigolos ensemble".

Séduit par Luca de Meo

Mais l’affaire a pris un tour plus personnel au début de l’année 2021. Luc Julia était venu, en janvier, fermer ses locaux parisiens. A la veill[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi