La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 287,07
    +52,93 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,99
    +39,56 (+0,99 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,68 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1980
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 777,30
    +10,50 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    44 486,85
    -7 211,76 (-13,95 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,97
    +7,26 (+0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,07
    -0,39 (-0,61 %)
     
  • DAX

    15 459,75
    +204,42 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 019,53
    +36,03 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,58 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3840
    +0,0056 (+0,41 %)
     

Une panne importante a perturbé WhatsApp, Messenger et Instagram

franceinfo
·1 min de lecture

Trois des principaux réseaux sociaux de messagerie, WhatsApp, Messenger et Instagram, ont été momentanément inaccessibles, vendredi 19 mars, en début de soirée. Sur le site spécialisé Downdetector, de nombreux internautes ont signalé qu'ils n'arrivaient pas à accéder normalement à ces services.

Bien que différents, ces trois réseaux ont un point commun : ils sont la propriété de Facebook, leur maison mère qui restait pourtant accessible vendredi soir. L'entreprise n'a pas communiqué sur les raisons de cette mystérieuse panne pour le moment.

Peu après 19 heures, ces services semblaient revenus chez certains internautes et le nombre de signalements était en baisse sur le site Downdetector. Cette panne d'une heure a en tout cas beaucoup amusé les utilisateurs de Twitter, qui n'a pas été affecté.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi