La bourse ferme dans 1 h 31 min
  • CAC 40

    5 808,73
    -1,00 (-0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 701,57
    -6,15 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    31 397,96
    +6,44 (+0,02 %)
     
  • EUR/USD

    1,2058
    -0,0029 (-0,24 %)
     
  • Gold future

    1 710,50
    -23,10 (-1,33 %)
     
  • BTC-EUR

    42 216,50
    +1 288,55 (+3,15 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 017,14
    +29,04 (+2,94 %)
     
  • Pétrole WTI

    60,86
    +1,11 (+1,86 %)
     
  • DAX

    14 031,13
    -8,67 (-0,06 %)
     
  • FTSE 100

    6 630,94
    +17,19 (+0,26 %)
     
  • Nasdaq

    13 242,72
    -116,06 (-0,87 %)
     
  • S&P 500

    3 850,55
    -19,74 (-0,51 %)
     
  • Nikkei 225

    29 559,10
    +150,93 (+0,51 %)
     
  • HANG SENG

    29 880,42
    +784,56 (+2,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,3949
    -0,0007 (-0,05 %)
     

Panne de batterie : pourquoi CTEK veut la peau du booster

·2 min de lecture

Toujours plus sollicitée, la batterie de votre auto s’épuise plus vite. Le Suédois CTEK est le premier à proposer un chargeur nomade efficace partout, même en l’absence de prise de courant, et moins violent qu’un booster, qui grille parfois l’électronique embarquée.

Charger une batterie à plat, même là où il n’y a pas de prise de courant à disposition ? Voilà qui est possible avec les batteries dites externes, qu’on emporte avec soi et qu’on raccorde à son smartphone ou à sa console de jeux. La même chose existe pour l’automobile, en plus gros et en nettement plus violent. On appelle cela un “booster” de batterie. Son usage s’est nettement développé ces dernières années, depuis qu’il a remplacé ses accumulateurs au plomb par des batteries au lithium-ion plus légères, moins encombrantes et moins fragiles.

Le trajet hebdomadaire de quelques kilomètres jusqu’au supermarché ne suffit pas à charger la batterie

Le professionnel qui gère un stock de plusieurs dizaines de voitures d’occasion trouve le booster d’usage très commode. Le particulier aussi, lui qui ne dispose pas d’une prise de courant à proximité de sa voiture, où brancher un chargeur lent durant toute la nuit.

Lire aussi

Hélas ! L’usage du booster n’est pas anodin. Qu'il contienne des accumulateurs au plomb ou bien au lithium cependant, le booster peut endommager l’électronique de bord de votre véhicule. Tant et si bien que certains constructeurs — et pas des moindres — en sont venus récemment à en interdire formellement l’usage à leurs réparateurs agréés. A la place, ils recommandent l’emploi d’un chargeur d’atelier intelligent, qui délivre une quantité d’énergie électrique équivalente mais sur une période de temps beaucoup plus longue. Inconvénient, ce type d’appareil doit être raccordé au réseau d’alimentation électrique.

Quatre ans pour mettre au point un chargeur nomade qui n’endommage ni la batterie ni l’électronique embarquée

L’alternative tombe sous le sens : pourquoi ne pas doter le booster de l'électronique qui caractérise le chargeur dit intelligent ? “La recette paraît simple mais il nous aura fallu plus de quatre années de développement pour la concrétiser”, avoue Abel Santirso, représentant en France de CTEK, premier fabricant au monde de chargeurs de bat[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Batterie à plat : les garagistes poussent-ils à la consommation ?Après le Covid-19, l'épidémie de panne de batterie menacePourquoi le contrôle technique résiste si bien à la criseContrôle technique : enfin un comparateur de prix officiel Symboles régionaux interdits sur les plaques d’immatriculation