La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 169,41
    +3,69 (+0,06 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 978,84
    +1,01 (+0,03 %)
     
  • Dow Jones

    33 800,60
    +297,03 (+0,89 %)
     
  • EUR/USD

    1,1905
    -0,0016 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    1 744,10
    -14,10 (-0,80 %)
     
  • BTC-EUR

    50 083,75
    -1 530,04 (-2,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 235,89
    +8,34 (+0,68 %)
     
  • Pétrole WTI

    59,34
    -0,26 (-0,44 %)
     
  • DAX

    15 234,16
    +31,48 (+0,21 %)
     
  • FTSE 100

    6 915,75
    -26,47 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    13 900,19
    +70,88 (+0,51 %)
     
  • S&P 500

    4 128,80
    +31,63 (+0,77 %)
     
  • Nikkei 225

    29 768,06
    +59,08 (+0,20 %)
     
  • HANG SENG

    28 698,80
    -309,27 (-1,07 %)
     
  • GBP/USD

    1,3706
    -0,0029 (-0,21 %)
     

Cette "pandémie de myopie" qui va tirer le marché des lunettes

·2 min de lecture

INTERVIEW – L’optique subit de plein fouet le contexte de crise sanitaire. Si Krys a limité la casse l’an dernier, le groupe voit flou pour 2021. Même si le vieillissement de la population et la propagation à grande vitesse de la myopie vont doper les besoins en lunettes, explique Jean-Pierre Champion, directeur général du leader du secteur en France.

L’année 2020 avait déjà mal commencé pour le secteur de l’optique. Avec - qui permet le remboursement intégral de lunettes à prix limités-, les opticiens étaient en ordre de bataille pour sauver leurs marges. Puis est arrivé le Covid-19 et, mi-mars, un premier confinement qui a entraîné la fermeture des magasins pendant deux mois… "L’exercice 2020 a débuté sur un défi, suivi d’un véritable choc", résume, fataliste Jean-Pierre Champion, directeur général de Krys Group, le numéro un français du marché. Son groupe, qui publie ses résultats annuels ce mardi 6 avril, a pourtant limité la casse l’an dernier : malgré une chute de ses ventes en France, il a fait mieux que le marché, et a continué à grappiller des parts de marché (voir encadré).

Challenges – Les opticiens craignaient la mise en place du "100% santé", ou "Reste à charge zéro". Cela vous a-t-il vraiment fragilisé juste avant d’affronter la crise sanitaire ?

Jean-Pierre Champion – Il ne faut pas oublier que le "100% santé" n’a pas inventé les lunettes à petits prix, tous les opticiens commercialisaient déjà des montures et verres à des prix attractifs ! Mais il est vrai que l’effet de cette réforme ne peut être que déflationniste. Krys Group avait largement anticipé sa mise en place, notamment en développant de nouvelles offres. Aujourd’hui, 15 à 20% de nos ventes en valeur , ce qui est en ligne avec les engagements pris par l’ensemble du secteur auprès des pouvoirs publics. Si l’industrie reste autour de cette part, elle pourra absorber la baisse des prix sans trop dégrader ses marges, d'autant que le marché de l’optique va de toute façon s'étendre en volume. Le vieillissement de la population, déjà, va mécaniquement entraîner une hausse du taux d’équipement. Et surtout, la pandémie de myopie accélère partout dans le monde. En France aujourd’hui, deux adultes sur cinq et un enfant sur cinq sont myopes, d’après les résultats d’une étude épidémiologique réalisée par le professeur Nicolas Leveziel du CHU de Poi[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi