La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 782,65
    -48,00 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 669,54
    -35,31 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,16 (+1,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,1916
    -0,0063 (-0,52 %)
     
  • Gold future

    1 698,20
    -2,50 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    42 639,28
    +1 441,68 (+3,50 %)
     
  • CMC Crypto 200

    982,93
    +39,75 (+4,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,28
    +2,45 (+3,84 %)
     
  • DAX

    13 920,69
    -135,65 (-0,97 %)
     
  • FTSE 100

    6 630,52
    -20,36 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,68 (+1,55 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,78 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,50 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3834
    -0,0060 (-0,43 %)
     

La pandémie a entraîné la perte de 255 millions d'emplois, selon l'OIT

·2 min de lecture

Selon l'Organisation internationale du travail (OIT), la pandémie a causé la suppression de 8,8% d'heures de travail dans le monde, soit l'équivalent 255 millions d'emplois à temps plein. La majorité des pertes sont liées à l'inactivité plutôt que du chômage.

Sur l'ensemble de 2020, "8,8% des heures de travail dans le monde ont été perdues (par rapport au quatrième trimestre 2019), ce qui équivaut à 255 millions d'emplois à temps plein", soit quatre fois plus d'heures de travail parties en fumée que pendant la crise financière de 2009, souligne l'agence spécialisée de l'Onu, dans son septième rapport consacré à l'impact de la pandémie sur le monde du travail.

Ces pertes massives ont entraîné une baisse de 8,3% des revenus du travail dans le monde -si l'on ne tient pas compte des plans d'aide qui ont fleuri un peu partout-, soit 3.700 milliards de dollars ou encore 4,4% cent du Produit intérieur brut mondial, précise l'OIT.

Pour ajouter un peu plus à la noirceur du tableau, l'OIT souligne que les chiffre du chômage, sont trompeurs: "71% de ces pertes d'emplois (81 millions de personnes) relèvent de l'inactivité plutôt que du chômage, ce qui signifie que ces personnes ont quitté le marché du travail parce qu'elles n'étaient pas en mesure de travailler, peut-être en raison des mesures de restrictions liées à la pandémie ou, tout simplement, parce qu'elles ont cessé de chercher du travail".

Une reprise "inégale et teintée d'inégalités"

Depuis que le virus du Covid-19 a été détecté en Chine à la fin de 2019, la pandémie a précipité le monde dans une grave crise économique en plus de faire plus de 2,1 millions de morts et d'infecter une centaine de millions de personnes. Et ces chiffres officiels sont sans doute très en-deçà de la réalité.

"Les dernières prévisions pour 2021 indiquent que la plupart des pays devraient connaître une croissance relativement forte dans la deuxième moitié de l'année, au fur et à mesure que les programmes de vaccination seront opérationnels", indique le rapport.

L'Observatoire de l'OIT a prévu trois scénarios. Celui de référence table sur une baisse de 3% des heures de travail en 2021, si la pandémie est sous contrôle et si la confiance des entreprises et des consommateurs revient.

Les plus touchés[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi