Marchés français ouverture 4 h 33 min
  • Dow Jones

    33 970,47
    -614,41 (-1,78 %)
     
  • Nasdaq

    14 713,90
    -330,06 (-2,19 %)
     
  • Nikkei 225

    29 887,72
    -612,33 (-2,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,1737
    +0,0010 (+0,08 %)
     
  • HANG SENG

    24 128,79
    +29,65 (+0,12 %)
     
  • BTC-EUR

    36 447,37
    -3 985,56 (-9,86 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 071,38
    -63,00 (-5,55 %)
     
  • S&P 500

    4 357,73
    -75,26 (-1,70 %)
     

Pakistan, Iran... Voisinage complexe avec les talibans

·2 min de lecture

Pris de court par la victoire éclair des talibans, les voisins de l’Afghanistan sont incapables de se mettre d’accord sur la façon de réagir face à la nouvelle donne.

Pris de court par la victoire éclair des talibans, les voisins de l’Afghanistan sont incapables de se mettre d’accord sur la façon de réagir face à la nouvelle donne. Le Pakistan possède la plus longue frontière commune avec l’Afghanistan et a tissé d’étroites relations avec les talibans. Plus préoccupés par la rivalité avec l’Inde que par le risque posé par les djihadistes, les généraux pakistanais ont comme objectif d’exclure tout autre acteur de cet espace de « profondeur stratégique », quitte à provoquer un retour de flamme au Pakistan même. Risque non négligeable, comme en témoignent les quelque 20 000 civils pakistanais qui ont perdu la vie au cours de la vague de terreur islamiste qui a sévi entre 2002 et 2016 et a été menée en grande partie par des groupes liés aux rebelles afghans. Un diplomate occidental estime que « les généraux pakistanais vont finir par se brûler les doigts à force de jouer avec les allumettes islamistes ».

Doté d’une longue frontière avec l’Afghanistan, l’Iran a une relation complexe avec les nouveaux maîtres de Kaboul. Ses dirigeants sont ravis de voir le Grand Satan américain abandonner ses bases dans le pays voisin. Mais en tant que chiites, ils voient d’un mauvais œil le fanatisme sunnite des talibans. Et s’inquiètent d’un afflux éventuel de réfugiés chiites hazaras, que les talibans ont persécutés dans le passé.

Tendue comme un doigt au nord-est de l’Afghanistan, l’extrémité orientale du corridor afghan de Wakhan bute contre la frontière chinoise. Pendant des années, la Chine s’est tenue à distance de son voisin, se contentant de pointer les échecs de l’intervention occidentale. Mais en tant qu’allié proche du Pakistan, elle s’est résignée à se rapprocher des talibans. Une délégation de haut niveau du mouvement a été accueillie à Pékin en juillet avec toute la pompe réservée aux ministres étrangers en visite. La principale préoccupation de Pékin est que l’Afghanistan ne devienne pas une base arrière pour les séparatistes ouïghours[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles