La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 297,64
    -169,30 (-0,83 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

La paix tombe à son niveau le plus bas en 15 ans, alimentée par l'incertitude économique post-Covid et le conflit en Ukraine

LONDRES, 15 juin 2022 /PRNewswire/ -- Ce jour marque le lancement de la 16e édition du Global Peace Index par le groupe de réflexion international Institute for Economics & Peace (IEP).

Principaux résultats

· Les décès dus au conflit extérieur ont enregistré une forte détérioration provoquée par l'invasion russe de l'Ukraine.

· Malgré les engagements récents, la militarisation s'est améliorée dans 113 pays depuis 2008.

· Le terrorisme a continué de s'améliorer, 70 pays n'ayant enregistré aucune attaque en 2021. Il s'agit du meilleur résultat depuis 2008.

· La flambée des prix a accru l'insécurité alimentaire et l'instabilité politique à l'échelle mondiale, l'Afrique, l'Asie du Sud et le Moyen-Orient étant les plus menacés.

· L'ampleur de la terreur politique, l'insécurité politique, les relations avec les pays voisins, les réfugiés et les personnes déplacées ont atteint leur pire score depuis la création du GPI.

· Les répercussions économiques mondiales de la violence se sont chiffrées à 16,5 billions de dollars en 2021, ce qui équivaut à 10,9 % du PIB mondial, soit 2 117 $ par personne.

Impact de la guerre en Ukraine sur la paix

· La Russie et l'Ukraine sont deux des cinq pays où la paix s'est le plus détériorée.

· Les médias sociaux changent la façon dont les informations sont recueillies ; elles sont maintenant partagées instantanément, brutes et avec peu d'analyse.

· Contrairement à la tendance mondiale, le sentiment positif en Ukraine était en hausse en 2021. Le soutien à l'Occident était fort, avec 58 % des personnes interrogées souhaitant rejoindre une union économique occidentale et 54 % soutenant l'adhésion à l'OTAN.

La 16e édition du rapport annuel sur le Global Peace Index (GPI, Indice mondial de la paix), la principale mesure de la paix à l'échelle de la planète, révèle que le niveau moyen de la paix mondiale s'est détérioré de 0,3 % en 2021. Il s'agit de la onzième détérioration de la paix au cours des quatorze dernières années, avec 90 pays qui se sont améliorés et 71 qui se sont détériorés, ce qui montre que les pays se détériorent beaucoup plus rapidement qu'ils ne s'améliorent.

L'Islande reste le pays le plus pacifique au monde, une place qu'elle occupe depuis 2008. Elle est rejointe en tête de l'indice par la Nouvelle-Zélande, l'Irlande, le Danemark et l'Autriche. Pour la cinquième année consécutive, l'Afghanistan est le pays le moins pacifique, suivi du Yémen, de la Syrie, de la Russie et du Soudan du Sud. Sept des dix pays en tête du GPI sont en Europe, et la Turquie est le seul pays de cette région à ne pas figurer dans la moitié supérieure de l'indice.

La Russie et l'Ukraine sont deux des cinq pays qui ont connu les plus fortes détériorations pacifiques, rejointes par la Guinée, le Burkina Faso et Haïti. Toutes ces détériorations étaient dues au conflit en cours.

Sur les 23 indicateurs du GPI, les plus fortes détériorations ont été enregistrées dans les relations avec les pays voisins, l'intensité des conflits internes, les réfugiés et les personnes déplacées, l'ampleur de la terreur politique et l'instabilité politique. Vingt-huit pays ont des niveaux élevés d'instabilité, et dix pays ont enregistré le pire score possible en matière de terrorisme politique.

L'inégalité mondiale dans la paix n'a cessé de croître. Depuis 2008, les 25 pays les moins pacifiques se sont détériorés en moyenne de 16 %, tandis que les 25 pays les plus pacifiques se sont améliorés de 5,1 %. Depuis 2008, 116 pays ont réduit leur taux d'homicides.

Le coût de la violence pour l'économie mondiale s'élevait à 16,5 billions de dollars, soit 10,9 % du PIB mondial, ce qui équivaut à 2 117 $ par personne. Pour les dix pays les plus touchés par la violence, l'impact économique moyen était équivalent à 34 % du PIB, contre 3,6 % dans les pays les moins touchés.

Plusieurs indicateurs ont considérablement amélioré leur incidence sur le terrorisme, notamment l'impact du terrorisme, les armes nucléaires et lourdes, les décès dus à des conflits internes, les dépenses militaires, les taux d'incarcération et les perceptions de la criminalité. L'impact du terrorisme est à son plus bas niveau depuis la création du GPI.

Steve Killelea, fondateur et président exécutif de l'IEP, a déclaré : « L'an dernier, nous avons mis en garde contre les répercussions économiques de la COVID-19. Nous connaissons maintenant des pénuries dans la chaîne d'approvisionnement, une inflation croissante et une insécurité alimentaire qui ont été aggravées par les événements tragiques en Ukraine. Les conséquences politiques et économiques de cette situation se répercuteront dans les années à venir. »

« Lorsqu'elles sont combinées aux mauvais scores records pour les relations entre voisins, l'insécurité politique et l'intensité des conflits internes, les gouvernements, les organisations et les dirigeants doivent exploiter le pouvoir de la paix. »

« La valeur économique de la paix perdue a atteint des niveaux records en 2021. Il est nécessaire d'inverser cette tendance, et le GPI a montré que les pays qui mettent en œuvre les attitudes, les institutions et les structures qui créent et soutiennent des sociétés pacifiques, témoignent d'un meilleur résultat économique. »

Militarisation et guerre en Ukraine

Les dépenses militaires en pourcentage du PIB ont diminué dans 94 pays, tandis que 112 pays ont réduit leur personnel militaire depuis 2008. Cependant, le conflit entre l'Ukraine et la Russie et l'augmentation potentielle des dépenses militaires des pays de l'OTAN à 2 % du PIB pourraient entraîner des détériorations dans les années à venir. Indépendamment de ce conflit, la Chine prévoit d'augmenter ses dépenses militaires de 7,1 % en 2022.

L'optimisme quant à l'avenir était à la hausse, trois fois plus de personnes estimant qu'elles pourraient avoir le meilleur avenir possible qu'en 2019. Étonnamment, seuls 20 % estimaient que le gouvernement pouvait faire face à une catastrophe. En revanche, la proportion de Russes qui se sentaient plus en sécurité que cinq ans auparavant a chuté entre 2019 et 2021, tandis que près de trois fois plus de Russes étaient préoccupés par l'économie*.

Bien que le plein impact de la guerre Ukraine-Russie se fasse encore sentir, il a eu un effet significatif sur l'indice. De nombreux pays européens proches de la Russie ont vu leur score se détériorer concernant les relations avec leurs voisins, notamment la Finlande, la Suède, la Roumanie, l'Estonie, la Lettonie, la Lituanie et la Moldavie.

La guerre a souligné l'importance de la technologie dans la formation des conflits ; la technologie mobile 5G, la révolution des médias sociaux et l'accessibilité accrue des drones ont changé la guerre. Les récents conflits ont mis en évidence une tendance à délaisser l'intelligence statique et organisée au profit de la collecte en temps réel via les médias sociaux. Les informations sont fluides, axées sur le contenu et partagées dans un format brut non censuré.

Économie mondiale et hausse des manifestations violentes

La pandémie de COVID-19 a poussé les pays vers des crises économiques et politiques. Les pays qui étaient devenus de plus en plus pacifiques ont connu des flambées de protestations et de violence visant la gestion de la pandémie par les gouvernements.

L'intensité des manifestations violentes a augmenté de 49 % depuis 2008, 126 des 163 pays de l'indice se détériorant. Il s'agit d'une tendance mondiale qui touche toutes les régions du monde, à l'exception de la région MENA. Les démocraties complètes ont enregistré la plus forte détérioration en termes de manifestations violentes. Cependant, le score pour les démocraties complètes reste meilleur que tout autre type de gouvernement.

L'Asie du Sud a été la région où la fréquence et l'intensité des manifestations violentes ont été les plus élevées, l'Inde, le Sri Lanka, le Bangladesh et le Pakistan ayant enregistré leurs niveaux les plus élevés depuis la création du GPI. En Europe, les manifestations contre le confinement se sont généralisées, en particulier en Belgique, en France, aux Pays-Bas, en Autriche, en Croatie et au Royaume-Uni, avec des développements similaires en Amérique du Nord.

Conflit et déplacement

Le conflit en cours a connu la plus forte détérioration, soit 9,3 % des trois domaines du GPI depuis 2008. Le nombre de pays confrontés à des conflits internes violents est passé de 29 à 38, mais le nombre de personnes tuées dans des conflits internes a diminué depuis 2017. Le nombre de personnes déplacées de force dans le monde est passé de 31 millions en 2008 à plus de 88 millions en 2022.

Il y a 17 pays où au moins 5 % de la population est soit des réfugiés, soit des personnes déplacées en interne. Le Soudan du Sud compte plus de 35 % de sa population déplacée, tandis que la Somalie et la République centrafricaine en comptent plus de 20 %.

Aperçu régional :

· La Russie et l'Eurasie ont connu la plus forte détérioration de la paix, en raison des détériorations liées aux décès du conflit, des réfugiés et des personnes déplacées, de l'instabilité politique et de la terreur politique.

· L'Asie du Sud reste la deuxième région la moins pacifique, mais a enregistré la plus forte augmentation de la paix, stimulée par l'amélioration des conflits en cours.

· L'Asie-Pacifique a enregistré une augmentation de la paix, stimulée par des améliorations dans les trois domaines du GPI, le plus important étant celui de la sûreté et de la sécurité. En Amérique du Nord, les États-Unis ont connu le plus faible niveau de paix depuis 2008, les troubles civils étant le principal facteur.

· Les crimes violents ont augmenté de 4,4 % en Amérique centrale et dans les Caraïbes en 2022 pour atteindre leur plus haut niveau depuis 2008. Haïti a connu la plus grande détérioration dans la région.

· La région MENA a enregistré la deuxième plus forte amélioration au niveau mondial. Le Yémen est le pays le moins pacifique de la région pour la deuxième année consécutive. La Libye a enregistré la plus grande amélioration de la paix dans le monde.

· L'Afrique subsaharienne a enregistré une détérioration de 1 %. Le Soudan du Sud reste le pays le moins pacifique de la région, malgré une amélioration globale. Bien que les niveaux de conflits internes dans le pays restent élevés, le nombre de décès dus aux conflits internes s'est amélioré de 15 %.

Pour plus d'informations et pour télécharger le Global Peace Index 2022, visitez les sites visionofhumanity.org et economicsandpeace.org

FIN

NOTES À L'INTENTION DES ÉDITEURS

* Données du sondage World Risk Poll de Lloyds Register/IEP

Le rapport complet du GPI, les articles et les cartes interactives sont disponibles à l'adresse : www.visionofhumanity.org

Twitter : @globpeaceindex

Facebook : www.facebook.com/globalpeaceindex

À propos du Global Peace Index (GPI)

Produit par l'Institute for Economics & Peace (IEP), un groupe de réflexion international, le rapport du GPI présente, en s'appuyant sur des données, l'analyse la plus complète à ce jour effectuée sur la paix, sa valeur économique, les tendances et la manière de développer des sociétés pacifiques. Le rapport couvre 99,7 % de la population mondiale et utilise 23 indicateurs qualitatifs et quantitatifs provenant de sources très respectées pour établir l'indice. Ces indicateurs sont regroupés en trois domaines clés : les conflits en cours, la sûreté et la sécurité, et la militarisation.

À propos de l'Institute for Economics and Peace

L'IEP est un groupe de réflexion international indépendant dont le but est de porter l'attention du monde sur la paix en tant que mesure positive, tangible et atteignable pour le bien et le progrès de l'humanité. Il possède des bureaux à Sydney, Bruxelles, New York, La Haye, Mexico et Harare.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles