La bourse ferme dans 4 h 39 min

Pétrole : “la volte-face de l’Arabie saoudite est lourde de conséquences”

Après trois jours de négociations à Vienne, les Saoudiens et les Russes n’ont pas réussi à s’entendre sur une stratégie commune pour soutenir le prix du baril de pétrole. Les premiers désiraient réduire immédiatement la production de 1,5 million de barils pour faire face à la baisse de la demande alors que les seconds ne semblaient pas particulièrement inquiets des conséquences à long terme du coronavirus sur la consommation globale de pétrole. Mais plus encore, la délégation russe semblait convaincue (à juste titre) que la stratégie de réduction de l’offre par l’OPEP+ (mise en place trois ans plus tôt) n’avait pas efficacement contrecarré une production américaine obstinément saine à plus de treize millions de barils par jour (en hausse de 50% ces trois dernières années) et principale responsable de la croissance de l’offre globale.

Sur cet échec des négociations, l’Arabie Saoudite fait volte-face : d’une annonce initiale (la semaine dernière) de réduire sa production de pétrole de 500.000 barils, Riyad décide de l’augmenter de 300.000 barils pour passer à une production totale de 10 millions de barils jour. Cette hausse de production s’accompagne de prix revus à la baisse : samedi matin, Aramco offre des décotes de 7 dollars par baril à ses clients américains, de 8 dollars par baril à ses clients européens et de 6 dollars par baril à ses clients asiatiques. De facto, l’accord initial conclu entre l’OPEP et la Russie arrivant à terme fin mars n’est pas reconduit. Ajoutant de l’huile sur le feu, des officiels saoudiens ont rappelé que le Royaume se permettrait d’augmenter sa production à 12 millions de barils si nécessaire.

>> A lire aussi - Pétrole, coronavirus... le marché actions de l'Arabie saoudite risque de s'effondrer

Le prix du baril de pétrole s’est effondré, passant de 45 dollars le 6 mars à 36 dollars le 9 mars à 16h00 (touchant un plus bas en séance le 9 mars à 31 dollars). Cette baisse va négativement affecter les revenus des pays producteurs de pétrole à

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le Venezuela, dévasté par la crise, a perdu 5 millions d’habitants
Facebook VS Snapchat : la guerre des photos
La compagnie aérienne Norwegian va annuler des milliers de vols
Coronavirus : "nous sommes au tout début de cette épidémie" en France, selon Emmanuel Macron
80.000 euros d’hôtel : la luxueuse virée parisienne de Jeff Bezos