Pétrole: recul symbolique du brut, les tensions demeurent.

(CercleFinance.com) - L'inquiétude quant à la situation politique européenne aidant, le contrat sur le Brent de mer du Nord livrable en mars se tassait de 0,2% à 116,3 dollars, le WTI américain de même échéance cédant 0,7% à 96 dollars. Restent que les facteurs de tension sont bien en place.

Certes, le scandales entourant le chef du gouvernement espagnol Mario Rajoy, dont le pays est aussi en difficulté financière, fragilisent de nouveau le sentiment quant à la robustesse de la zone euro et sa capacité à affronter la crise. Par voie, de conséquence, cela pèse potentiellement sur la demande pétrolière de l'Union européenne, qui en 2011 selon le dernier BP Statiscal Yearbook concentrait 15,9% de la consommation mondiale, entre les Etats-Unis (20,5%, 1ère place au classement) et la Chine (11,4%).

Restent que le facteurs de tensions géopolitiques des zones pétrolifères sont toujours présents, du Sahara à l'Egypte en passant par la Syrie et l'Iran. En outre, le ton a monté hier entre les marines de guerre de la Chine et du Japon, et la Corée du Nord a de nouveau menacé de procéder à des essais nucléaires...

Cet après-midi, l'Energy Information Agency (EIA) fera état des stocks pétroliers américains au titre de la semaine passée, souvent utilisés comme un indicateur de la demande US. Or le consensus table sur une hausse de plus de deux millions de barils, alors qu'ils étaient déjà passés la semaine précédente de 363,1 à 369,1 millions de barils d'un coup.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.