La bourse ferme dans 8 h 20 min
  • CAC 40

    7 172,98
    0,00 (0,00 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 268,28
    +10,46 (+0,25 %)
     
  • Dow Jones

    35 028,65
    -339,82 (-0,96 %)
     
  • EUR/USD

    1,1368
    +0,0021 (+0,18 %)
     
  • Gold future

    1 839,70
    -3,50 (-0,19 %)
     
  • BTC-EUR

    36 958,67
    +379,91 (+1,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    997,94
    +3,19 (+0,32 %)
     
  • Pétrole WTI

    86,55
    -0,41 (-0,47 %)
     
  • DAX

    15 809,72
    +37,16 (+0,24 %)
     
  • FTSE 100

    7 589,66
    0,00 (0,00 %)
     
  • Nasdaq

    14 340,25
    -166,64 (-1,15 %)
     
  • S&P 500

    4 532,76
    -44,35 (-0,97 %)
     
  • Nikkei 225

    27 772,93
    +305,70 (+1,11 %)
     
  • HANG SENG

    24 925,99
    +798,14 (+3,31 %)
     
  • GBP/USD

    1,3637
    +0,0025 (+0,19 %)
     

Pétrole: l'OPEP+ promet du brut pour la nouvelle année

·2 min de lecture

INFOGRAPHIE - La plupart des pays exportateurs de pétrole se sont mis d'accord pour relever leur production de 400.000 barils journaliers, en janvier, malgré la menace du variant Omicron.

A rebours de toutes les prédictions, les 13 pays membres de l'OPEP et leurs alliés, dont la Russie et la Chine, ont décidé de maintenir leur production à la hausse malgré l'arrivée du variant . Le jeudi 2 décembre, les principaux pays pétroliers se sont engagés à relever leur production de "400.000 barils par jour" en janvier, précise . Une victoire pour les pays consommateurs, dont les Etats-Unis où le cours du pétrole entraîne une poussée d'inflation depuis le début de l'automne. Malgré une légère tendance à la baisse, le baril de brut avoisinait 68,15 dollars sur le marché du WTI ("West Texas Intermediate"), vendredi après-midi, au lendemain de la publication.

Les membres de l'OPEP+ prennent un risque en augmentant leur production de pétrole. Les signaux envoyés en Europe et aux Etats-Unis face à l'arrivée du variant Omicron mettent la pression sur la demande. Mais ce que redoutent les producteurs de brut, ce sont avant tout les restrictions supplémentaires de voyage, qui pénaliseraient les recettes de pétrole à l'export. Dans leur communiqué, ces derniers se réservent le droit de revenir sur leur décision "en fonction des développements de la pandémie", quitte à "faire des ajustements". La prudence devrait, donc, rester de mise sur les marchés, où les prix ont légèrement décroché, en cette fin de semaine, plongeant de 20% par rapport à leurs plus hauts annuels.

Le lobbying de Joe Biden face aux majors de l'OPEP n'est pas pour rien dans ce revirement. Fin novembre, le président américain avaient menacé de du pays à hauteur de 50 millions de barils pour passer les fêtes de Thanksgiving. Après s'être concerté avec d'autres pays, comme , et , le président américain avait vendu l'opération, menée par le Département de l'Energie, comme une manière ""... effet réussi!


Mais cette victoire pourrait être de courte durée aux Etats-Unis et en France, où la pression sur les prix devrait s'alléger de quelques centimes à la pompe , au plus grand soulagement des aut[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles