Marchés français ouverture 48 min
  • Dow Jones

    35 028,65
    -339,82 (-0,96 %)
     
  • Nasdaq

    14 340,25
    -166,64 (-1,15 %)
     
  • Nikkei 225

    27 772,93
    +305,70 (+1,11 %)
     
  • EUR/USD

    1,1358
    +0,0012 (+0,10 %)
     
  • HANG SENG

    24 884,35
    +756,50 (+3,14 %)
     
  • BTC-EUR

    37 016,34
    +114,50 (+0,31 %)
     
  • CMC Crypto 200

    998,06
    +3,31 (+0,33 %)
     
  • S&P 500

    4 532,76
    -44,35 (-0,97 %)
     

Pétrole: l'Opep+ continue d'ouvrir les vannes malgré la menace Omicron

·2 min de lecture

Les grands pays producteurs de pétrole se sont réunis le 2 décembre.

Les treize producteurs de ) et leurs dix alliés via l'accord Opep+ ont décidé le 2 décembre de poursuivre leur politique d'augmentation graduelle de la production malgré les craintes liées au variant Omicron. Cette annonce a pris le marché par surprise et provoqué une nouvelle chute des cours. Le groupe va "ajuster à la hausse la production globale mensuelle de 400.000 barils par jour en janvier", comme c'est le cas chaque mois depuis mai 2021, a annoncé le cartel dans un communiqué publié à l'issue d'un sommet tenu par visioconférence. Les analystes s'attendaient au contraire à un gel de la production par le club emmené par l'Arabie saoudite et la Russie. Le nouveau variant du Covid-19 plane en effet comme une menace sur la demande de brut et avait incité les investisseurs à tabler sur une stratégie plus prudente de la part de l'Opep+.

Incertitudes

"Contrairement à certaines attentes qui ne prévoyaient qu'une hausse modérée ou pas de hausse du tout pour janvier, c'est exactement l'inverse qui s'est passé", a réagi Fawad Razaqzada, analyste de Thinkmarkets. "De manière assez surprenante, l'Opep+ a décidé de poursuivre l'augmentation, renvoyant les prix dans le rouge", a renchéri Michael Hewson, de CMC Markets. Les prix du brut ont en effet plongé à respectivement 65 et 62 dollars pour le baril de Brent et celui de WTI, au plus bas depuis le 23 août. S'ils limitaient quelque peu leurs pertes en milieu de journée, à 69 et 66 dollars, les cours étaient de 15% inférieurs à ceux du 25 novembre. Ce n'est cependant rien comparé aux abîmes du plus fort de la pandémie, . Cette décision "s'explique avant tout par le fait que le marché est équilibré et que la demande est en train de se rétablir", a déclaré peu après la réunion le vice-Premier russe Alexandre Novak, cité par les agences de presse russes. Même s'il a concédé qu'il y avait "beaucoup d'incertitudes" liée à l'influence du variant Omicron sur "la demande et la consommation des produits pétroliers".

Appel des consomm[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles