La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 742,25
    -11,72 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,90
    -6,60 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,87 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0531
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 797,30
    -3,80 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    16 176,61
    -41,88 (-0,26 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,33
    +2,91 (+0,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,34
    -0,88 (-1,08 %)
     
  • DAX

    14 529,39
    +39,09 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 556,23
    -2,26 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,95 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2296
    +0,0040 (+0,33 %)
     

Pétrole : gare à une hausse surprise du baril, l’Opep et la Russie attendus au tournant

Kovalenko I/Adobe Stock

Notre message de prudence tenu depuis le mois de juin 2022 sur le pétrole est en train de prendre une tournure plus constructive. Depuis le 23 juin 2022, le prix du baril de Brent a baissé sensiblement ; il est passé de 110 à 87 dollars à l’heure de la rédaction de cette note et les positions bullish (haussier, NDLR), à -1,49% (données Bloomberg), se situent dans la fourchette basse de ces cinq dernières années (sentiment très pessimiste). Cela est cohérent avec le consensus, qui anticipe une récession qui impacterait de facto la consommation globale.

D’ailleurs, lundi dernier, l’Opep a de nouveau revu à la baisse ses prévisions de croissance de la demande de pétrole. Les dernières projections prévoient une croissance de 2,55 millions de barils par jour en 2022, en baisse de 100.000 barils par rapport aux prévisions précédentes. Cependant, cette configuration, favorable à une baisse du prix du baril, est challengée par une série de facteurs confluents qui pourraient prendre le consensus par surprise.

Le premier de ces facteurs est la croissance américaine qui selon les dernières statistiques de la Banque Fédérale d’Atlanta se situerait à 4,4% pour le quatrième trimestre 2022. Le deuxième facteur concerne la Chine, qui semble vouloir assouplir sa politique Covid. L'Union européenne, de son côté, prévoit d'arrêter toutes les importations de pétrole en provenance de la Russie le 5 décembre. Oui, la Russie vend davantage de pétrole au continent asiatique (Chine et Inde en première (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Seine-et-Marne : après avoir reçu une facture mirobolante, ce boulanger menace de tout abandonner
Ryanair promet des billets d'avion à prix cassés pendant une semaine
Bourse : CAC 40, Stellantis, bitcoin, Michelin, Air liquide… au programme de Momentum cette semaine
Bourse, krach du bitcoin… “pour les salariés ayant quitté leur emploi, il est temps de retrouver un travail”
Gros changement à venir sur le marché de la livraison de courses à domicile