Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 022,41
    -0,85 (-0,01 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 918,09
    -18,48 (-0,37 %)
     
  • Dow Jones

    37 986,40
    +211,02 (+0,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,0661
    +0,0015 (+0,14 %)
     
  • Gold future

    2 406,70
    +8,70 (+0,36 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 715,19
    -1 012,62 (-1,67 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 371,97
    +59,34 (+4,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,24
    +0,51 (+0,62 %)
     
  • DAX

    17 737,36
    -100,04 (-0,56 %)
     
  • FTSE 100

    7 895,85
    +18,80 (+0,24 %)
     
  • Nasdaq

    15 282,01
    -319,49 (-2,05 %)
     
  • S&P 500

    4 967,23
    -43,89 (-0,88 %)
     
  • Nikkei 225

    37 068,35
    -1 011,35 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    16 224,14
    -161,73 (-0,99 %)
     
  • GBP/USD

    1,2370
    -0,0068 (-0,55 %)
     

Pétrole : «faute d’embrasement sur Gaza, les fondamentaux reprennent le dessus plus tôt que prévu»

Maksym Yemelyanov/Adobe Stock

Dimanche dernier, l'Arabie Saoudite déclarait qu'elle maintiendrait sa réduction supplémentaire d'un million de barils de pétrole par jour jusqu'à la fin de l’année. La Russie lui emboitait le pas en réitérant son intention de maintenir sa réduction supplémentaire de 300 000 barils par jour jusqu'à la fin du mois de décembre. En parallèle, Alexandre Valentinovich Novak, vice-premier ministre de Russie précisait que cette la coupe serait revue «le mois prochain» pour envisager de l'accroitre ou de la réduire, instaurant une nouvelle inconnue, alors que l’Arabie Saoudite maintenait ses prix à destination de l’Asie en réponse aux marges des raffineries qui se contractent.

Les investisseurs ont interprété ces nouvelles négativement, dans la mesure où elles signalaient une éventuelle faiblesse de la demande globale, exacerbée par les publications des exportations chinoises en contraction au mois d’octobre. Les inquiétudes sur les approvisionnements de pétrole du fait des tensions géopolitiques (guerre Israël - Hamas à Gaza, NDLR) au début d’octobre (en décélération) ont fait place à l’offre croissante de pétrole des Etats Unis, du Brésil et de la Guyane, mais aussi des exportations de pétrole russe dans un contexte de ralentissement économique global.

L’Administration de l'Information sur l'Energie et l’Agence Internationale de l’Energie ont toutes deux validé ces craintes : la première en prévoyant qu’en 2024 la demande d’essence par habitant aux États-Unis chuterait à son niveau le (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Supplément bagage, choix du siège... le jackpot que touchent les compagnies aériennes
Le whisky solide comme un roc face à la crise
Guerre en Ukraine : La Russie aurait placé ces entreprises européennes sur une « liste rouge »
Guerre, inflation… «La France risque-t-elle de revivre les années 70 ? Est-ce grave, Docteur ?»
Voici les compagnies aériennes les plus sûres du moment