Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 010,83
    -12,91 (-0,16 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 955,01
    -11,67 (-0,23 %)
     
  • Dow Jones

    37 983,24
    -475,84 (-1,24 %)
     
  • EUR/USD

    1,0646
    -0,0085 (-0,79 %)
     
  • Gold future

    2 360,20
    -12,50 (-0,53 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 602,87
    -3 417,69 (-5,42 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    85,45
    +0,43 (+0,51 %)
     
  • DAX

    17 930,32
    -24,16 (-0,13 %)
     
  • FTSE 100

    7 995,58
    +71,78 (+0,91 %)
     
  • Nasdaq

    16 175,09
    -267,10 (-1,62 %)
     
  • S&P 500

    5 123,41
    -75,65 (-1,46 %)
     
  • Nikkei 225

    39 523,55
    +80,92 (+0,21 %)
     
  • HANG SENG

    16 721,69
    -373,34 (-2,18 %)
     
  • GBP/USD

    1,2451
    -0,0104 (-0,83 %)
     

Pétrole : «il faudra de bonnes nouvelles sur la Chine et les taux, pour que la hausse continue»

Maksym Yemelyanov/Adobe Stock

Au cours de ces douze derniers mois, le prix du baril de pétrole (Brent) a oscillé entre 73 et 87 dollars. Le cours a brièvement cassé à la hausse la borne haute de cette fourchette en septembre 2023 mais s’est replié de nouveau à 73 dollars en décembre 2023. Depuis la fin de l’année, il s’est progressivement redressé en raison d’une évolution favorablement modérée de la demande de pétrole et d’une discipline de l’offre.

L’Agence Internationale de l’Energie a ainsi relevé ses prévisions de croissance de 100.000 barils par jour, actant la résilience de l’économie américaine et l’augmentation de la consommation de carburants par les navires marchands dont les flux commerciaux ont été perturbés par les tensions en mer Rouge. Concomitamment à cet affermissement, l’AIE a réduit ses prévisions de croissance de l'offre mondiale de pétrole de 900.000 barils par jour à 102,9 millions de barils par jour, à la suite de la décision de l'OPEP+ (l’Opep et ses alliés, dont la Russie) de prolonger les réductions volontaires de production d'environ 2,2 millions de barils par jour jusqu'au deuxième trimestre de l'année. Et de conclure que 2024 se traduirait par un léger déficit.

Dans la même mouvance, les dernières statistiques publiées le 13 mars par l’Energy Information Administration américaine ont montré une diminution des stocks commerciaux de pétrole de 1,5 million de barils (à 447 millions de barils, les stocks américains de pétrole brut sont inférieurs de 3 % à la moyenne de ces cinq dernières (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

LVMH, Hermès… les géants du luxe du CAC 40 vont-ils profiter des JO de Paris 2024 ?
Atos : les méthodes de David Layani pour réussir son raid sur le géant informatique
Les comptes X du groupe Altice (BFM, RMC) victimes d’une cyberattaque
«On fonçait droit dans le mur» : Daniel a perdu son entreprise… et plus de 500 000 euros
JO 2024 : Dans les coulisses des tee-shirts des volontaires, Made in Marseille