La bourse est fermée

Le pétrole au plus bas depuis un an, l’Opep se réunit en urgence

Les prix du pétrole poursuivent leur descente aux enfers des dernières semaines, après un millésime 2019 faste. Vers 10H40 GMT (11H40 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, valait 56,36 dollars à Londres, en baisse de 0,46% par rapport à la clôture de vendredi. A New York, le baril américain de WTI pour le mois de mars remontait de 0,21% à 51,67 dollars. Plus tôt, aux alentours de 0H10 GMT, le Brent et le WTI ont touché des plus bas depuis le mois de janvier 2019, à 55,42 dollars et 50,42 dollars le baril.

"La reprise est peu convaincante", a estimé Jeffrey Halley, analyste de Oanda, "et la pression à la baisse devrait continuer". Les investisseurs sont minés depuis plusieurs semaines par les conséquences de l'épidémie de pneumonie virale, qui a contaminé plus de 17.000 personnes pour 361 morts en Chine continentale (hors Hong Kong et Macao), sur la santé économique du premier importateur et deuxième consommateur de pétrole du monde.

>> Inscrivez-vous à notre newsletter Entreprises et Marchés

"La demande chinoise est attendue en baisse de 3 millions de barils par jour. Si l'on ajoute des annulations en chaîne de la part des compagnies aériennes, cela donne une offre largement excédentaire", a expliqué Hussein Sayed, analyste de FXTM. En réaction, l'organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et son allié russe vont tenir une réunion technique mardi et mercredi à Vienne, où se trouve le siège du cartel, pour tenter d'endiguer la chute des prix, a indiqué dimanche à l'AFP une source proche de l'organisation.

>> A lire aussi - Pétrole, taux d’intérêt, Bourse… 10 prévisions chocs de Saxo Bank pour 2020

Le comité technique de l'Opep et ses partenaires est traditionnellement chargé d'analyser la conjoncture sur le marché pétrolier afin d'aider le cartel à ajuster ses quotas de production pour influer sur les prix. "Le marché a besoin d'être rassuré avant de repartir (à

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Brexit : 5 pommes de discorde pour les négociations avec le Royaume-Uni
Faut-il continuer de baisser les charges patronales pour réduire le coût du travail ?
10 placements financiers à faire en 2020 selon Carmignac, Patrick Artus et Marc Touati
Les 10 voitures les plus vendues en France en janvier 2020
Diesel, SP95… les prix des carburants plongent en France