Marchés français ouverture 1 h 28 min
  • Dow Jones

    29 823,92
    +185,32 (+0,63 %)
     
  • Nasdaq

    12 355,11
    +156,41 (+1,28 %)
     
  • Nikkei 225

    26 800,98
    +13,44 (+0,05 %)
     
  • EUR/USD

    1,2083
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • HANG SENG

    26 512,25
    -55,43 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    15 579,91
    +108,43 (+0,70 %)
     
  • CMC Crypto 200

    369,37
    -10,49 (-2,76 %)
     
  • S&P 500

    3 662,45
    +40,82 (+1,13 %)
     

Et si le périph parisien ressemblait à ça?

·2 min de lecture

Inaugurée en 1973, cette ceinture de 35 kilomètres est devenue un cauchemar urbain avec la congestion du trafic et la pollution qu’elle génère. Composé d’échangeurs, de ponts et de tunnels disparaissant sous la ville, le périphérique est désormais inadapté. Sa transformation inéluctable suscite de nombreux projets autour des idées de transition écologique, de mobilité et d’économie verte.
Celui du cabinet Rescubika baptisé « Pimp My City » fait très envie !

Benoît Patterlini
Architecte et fondateur de Rescubika Créations

Paris Match. Est-ce que la Mairie de Paris encourage des projets “fous” comme ce périphérique du futur ?
Benoît Patterlini. Elle s’intéresse aux nouvelles théories urbaines et fait appel aussi à des confrères architectes dans la conception de programmes. Nous proposons de manière spontanée des projets audacieux pour Paris et d’autres grandes villes en les diffusant le plus largement possible. Cela leur donne une certaine visibilité en attendant d’être connus des vrais décideurs.

"

Nous devons passer à une nouvelle ère de transports urbains

"

Que resterait-il d’un tel modèle s’il était réalisé ?
Cela dépendrait avant tout de la volonté politique et du budget imparti pour le réaliser. Il pourrait se faire en plusieurs phases et sur plusieurs décennies, évoluant au fil du temps en fonction des nouveaux enjeux. On le travaillerait par tronçons, d’une porte à l’autre, et pourquoi pas par thèmes. L’enjeu le plus complexe de ce projet est le devenir de la voiture dans les grandes villes. Ici, nous prenons clairement la décision de la bannir afin de passer à une nouvelle ère de transports urbains. Bien évidemment, cela suscitera un tollé chez beaucoup de personnes, mais il va bien falloir que les choses évoluent en profondeur dans la société française. Sinon, nous irons droit dans le mur avec nos modèles économiques obsolètes et dangereux pour les générations futures. Nous devons sortir de l’ère de l’individualisme exacerbé et redéfinir tous ensemble les bases d’un nouvel idéal économique et sociétal.

SC_SC_2_2
SC_SC_2_2

Davantage de fluidité : la "chaussée du(...)
Lire la suite sur Paris Match